Delta quitte Bombay, ou comment les compagnies du Golfe font reculer les autres

Boeing 767 de Delta Airlines - © Delta

Boeing 767 de Delta Airlines – © Delta

Delta cessera de desservir Bombay à partir de l’année prochaine, ajoutant son nom à la liste des compagnies aériennes qui mettent fin à leur service vers l’Inde, tandis les transporteurs du Golfe mènent l’offensive sur ce marché.

 

La compagnie Américaine Delta Air Lines, membre de l’alliance SkyTeam, se retirera en Mars 2015 de Bombay qu’elle dessert actuellement à partir d’Amsterdam à raison d’un vol quotidien en Airbus A330. La route est exploitée en partenariat avec KLM. La décision entraîne un désengagement total de la compagnie Américaine sur le marché Indien. Elle prive aussi Amsterdam de sa seule liaison directe avec la capitale économique de l’Inde. Delta servira ce pays uniquement avec des vols opérés par son partenaire Air France-KLM.

« Delta confirme qu’à compter du printemps 2015, son service entre Amsterdam aux Pays-Bas et Bombay en Inde sera suspendu. Le dernier service au départ d’Amsterdam aura lieu le 27 Mars 2015 et le dernier service au départ de Bombay aura lieu le 28 Mars, 2015″ , a indiqué Delta dans un communiqué. « Delta demeure engagée sur le marché Indien et continuera d’offrir des services quotidiens entre l’Inde et les Etats-Unis en partage de code avec ses partenaires au sein de la co-entreprise Air France – KLM » , a-t-elle ajouté.

Delta routera ses clients sur les vols d’Air France entre Paris et Bombay, et sur KLM entre Amsterdam et Delhi.

D’autres compagnies aériennes internationales abandonnent le marché Indien, pourtant en pleine croissance (plus de 4% en moyenne par an).

Ainsi la Britannique Virgin Atlantic cessera de voler vers Bombay à partir de Janvier 2015. Elle est détenue à 49% par Delta.

Kenya Airways a interrompu son service vers Delhi depuis le 24 Novembre 2014. Le transporteur Kenyan est une filiale à 26% d’Air France-KLM et membre de SkyTeam.

En 2012, c’est une filiale de Lufthansa, Austrian Airlines, qui a renoncé à desservir Bombay.

Difficile de ne pas faire le lien entre ces retraits successifs et l’essor spectaculaire des compagnies du Golfe dans la région. Ces dernières années, elles ont multiplié leurs fréquences ou déployé des appareils de plus grande capacité entre leurs hub respectif et l’Inde.

Etihad Airways a démontré son intérêt pour le marché Indien en prenant en 2012 une participation de 24% dans Jet Airways, le premier transporteur du pays pour les passagers internationaux. Depuis cette acquisition, Jet Airways augmente ses fréquences et ouvre des routes depuis l’Inde vers le hub d’Etihad à Abu Dhabi pour l’alimenter avec des passagers en correspondance.

Mais c’est d’abord Emirates qui mène l’offensive. A elle seule, la compagnie de Dubai opère maintenant 185 vols par semaine vers 10 aéroports Indiens, soit 54.000 passagers par semaine. Vers Bombay notamment, Emirates assure six fréquences quotidiennes dont une en A380 depuis Juillet 2014.

« Dubai est le hub de l’Inde, pas Delhi » , résume le directeur de Lufthansa pour l’Asie du Sud, Axel Hilgers, lors d’un entretien avec Firstbiz.

La compagnie Allemande souligne aussi une bureaucratie tatillonne, des taxes élevées et des redevances aéroportuaires « exorbitantes » qui compliquent encore la tâche des transporteurs internationaux. Lufthansa n’a d’ailleurs pas reçu l’autorisation de déployer l’A380 vers Bombay et a dû retarder la mise en service du super Jumbo vers Delhi pour des questions administratives.

L’Inde est décidément une destination compliquée pour les compagnies étrangères. Avec 100 millions de passagers annuels, le pays constitue pourtant le neuvième marché mondial. Selon l’IATA, il se hissera à la troisième place de ce classement dans les 20 prochaines années.

…….

> Plus d’actualités sur Delta

> Plus d’actualités sur l’aviation civile en Inde

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire