Air Tahiti Nui dans l’embarras pour renouveler ses Airbus A340

Airbus A340-300 d'Air Tahiti Nui - © Air Tahiti Nui

Airbus A340-300 d’Air Tahiti Nui – © Air Tahiti Nui

Les 5 Airbus A340 d’Air Tahiti Nui devraient être remplacés vers la fin de cette décennie. Mais la décision reste en suspens pour des raisons fiscales.

 

Air Tahiti Nui a prévu de remplacer ses 5 quadrimoteurs Airbus A340-300 par 4 bimoteurs de nouvelle génération à partir de 2019-2020 mais le processus est bloqué « par l’incertitude de la prorogation, au-delà de 2017, du dispositif de défiscalisation » pour les investissements outre-mer, rapporte le journal local Tahiti Infos.

Selon la compagnie, aucun des appareils qu’elle convoiterait – notamment des Airbus A330neo ou A350 XWB – ne serait disponible avant l’échéance de la Loi pour le Développement Economique des Outre-Mer (Lodéom) le 31 décembre 2017.

« Chez les constructeurs, il n’y a pas d’avion disponible avant 2019 » , affirme Michel Monvoisin, le PDG d’Air Tahiti Nui, alors que la loi impose que les équipements bénéficiant d’une défiscalisation soient livrés avant l’échéance de 2017.

Pour la compagnie, l’enjeu financier est majeur, puisque, selon les dispositions légales actuelles, chaque appareil peut bénéficier d’une défiscalisation à hauteur d’un tiers de sa valeur.

Airbus propose l’A330-800neo à 242 millions de dollars, l’A330-900neo à 275 millions de dollars et l’A350-900 XWB à 295 millions de dollars l’unité aux prix catalogue 2014.

A titre de comparaison, le chiffre d’affaires d’Air Tahiti Nui est ressorti à 251 millions d’euros pour un résultat de +1,9 millions d’euros en 2013.

Face à l’incertitude sur une nouvelle loi de défiscalisation pour laquelle une décision est attendue en 2015, la situation est jugée « handicapante » par la compagnie, qui ne peut guère se permettre de retarder l’échéance de 2019-2020 pour remplacer ses A340.

« Un avion ça vieillit et il n’a jamais été envisagé lors de leur acquisition que l’on exploiterait ces Airbus A340 pendant 20 ans » , a déclaré le PDG d’Air Tahiti Nui, Michel Monvoisin.

Ces appareils quadrimoteurs sont de plus en plus couteux à entretenir, et leur consommation en carburant est élevée.

« Le poste carburant est responsable pour la compagnie du tiers de ses charges d’exploitation (11,1 milliards Fcfp en 2011). Une situation qui plombe sa gestion même si, dès 2015, deux des quatre avions détenus en propre par ATN seront complètement payés, réduisant de près d’un milliard Fcfp par an les charges de la compagnie. Quant au cinquième A340 de la compagnie, le Bora Bora, il est loué jusqu’en 2018 » , indique ainsi Tahiti Infos.

Air Tahiti Nui étudie différentes possibilités pour moderniser son parc aérien. « Des personnes sont chargées au sein de la compagnie de faire des études sur le programme de remplacement de la flotte : quels avions pour quelles routes ? Quel type de financement ? On n’a pas encore toutes les réponses » , précise Michel Monvoisin. 

La flotte d’Air Tahiti Nui est actuellement composée de 5 Airbus A340-300 dont 4 exemplaires (F-OJGF, F-OJTN, F-OSEA, F-OSUN) ont été livrés entre Décembre 2001 et Décembre 2002, et le 5e en Juin 2005 (F-OLOV).

Leur remplacement était inscrit dans les orientations stratégiques du pacte d’actionnaires de 2008, avec comme échéance initiale 2014-2015, mais pour des raisons essentiellement financières, la date a été reportée dès 2012 à 2019-2020.

Depuis sa base de Papeete, la compagnie dessert actuellement Los Angeles, Paris Charles de Gaulle, Auckland et Tokyo Narita.

Son actionnaire, le gouvernement territorial de Polynésie Française, réfléchit également à la faire adhérer à une alliance de compagnies aériennes.

…….

> Plus d’actualités sur Air Tahiti Nui

…….

Rappel : Air Info  reprendra le cours normal de ses parutions à compter du 24 novembre 2014. Merci de votre fidélité !

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire