Air France : le SNPL lève le mouvement de grève.

© Air France

© Air France

Le SNPL, premier syndicat de pilotes chez Air France, a annoncé ce dimanche mettre fin à la grève commencée il y a quatorze jours. Le mouvement s’achève sans qu’aucun accord n’ait été signé entre les représentants des pilotes et la direction.

 

Deux semaines de grève qui n’auront abouti à rien : le plus long mouvement social dans l’histoire d’Air France s’achève sans qu’aucun protocole de sortie de conflit n’ait été signé, ni aucun accord sur le développement de la filiale low-cost Transavia n’ait pu être trouvé. Les discussions entre les représentants des pilotes et la direction se sont achevées à 4 heures ce matin et se sont soldées par un nouvel échec.

« Les conditions du dialogue social ne sont aujourd’hui pas réunies, nous avons décidé de prendre nos responsabilités en levant le mouvement de grève« , a déclaré le porte-parole du SNPL France ALPA à l’AFP, Guillaume Schmid, précisant cependant vouloir « poursuivre les discussions dans un cadre plus serein. »  

La pierre d’achoppement reste le contrat de travail unique pour les pilotes d’Air France et de Transavia. « On avait fait des concessions sur les conditions de travail mais ce qu’on voulait, c’était que tout le monde conserve un contrat Air France car on voulait pouvoir maîtriser un même groupe de pilotes« , a indiqué Guillaume Schmid.

La direction d’Air France rejette cette idée, l’estimant incompatible avec le développement de sa filiale low-cost qui passe par une réduction des coûts unitaires et par plus de flexibilité dans les conditions d’embauche. A la place du contrat unique, elle a proposé aux pilotes d’Air France, volontaires pour travailler chez Transavia, un contrat de travail Transavia assorti d’un avenant leur permettant de conserver certains avantages qu’ils avaient à Air France. La direction avait également accepté le principe d’une liste de séniorité unique pour l’avancement.

Mais la solution soumise par la direction aboutit à « un texte non satisfaisant, avec des doubles contrats, qui aurait été une usine à gaz, » a précisé le représentant du SNPL.

La pression sur le syndicat était maximale depuis que le chef du gouvernement, Manuel Valls, avait refusé vendredi soir la nomination d’un médiateur indépendant et dénoncé « l’attitude égoïste » des pilotes.

Aujourd’hui, le Premier Ministre s’est félicité de la fermeté du gouvernement dans la gestion de ce conflit après l’annonce de la fin de la grève.

Les autres catégories de personnels d’Air France se sont également désolidarisées du mouvement social et plusieurs centaines de salariés, selon les chiffres de la direction, ont participé à des contre-manifestations la semaine dernière.

Air France n’a pas encore fait connaître sa réaction à l’annonce de l’arrêt de la grève. Elle avait estimé le coût du conflit à 20 millions d’euros par jours et au total, celui-ci pourrait lui couter près de 300 millions d’euros.

Le retour du trafic à la normale pourrait prendre deux ou trois jours.

Aujourd’hui, la compagnie a prévu d’assurer 45% de son programme de vols.

…….

> Plus sur Air France

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire