Grève à Air France : un mardi plus difficile, possible amélioration mercredi

Aéroport Paris Charles de Gaulle Terminal 2F - © Air France

Aéroport Paris Charles de Gaulle Terminal 2F – © Air France

Le mouvement social déclenché par trois syndicats de pilotes d’Air France aboutira à plus d’annulations de vols ce mardi par rapport à hier. Mais la situation pourrait se stabiliser demain mercredi.

 

Air France a dû annuler 52% de ses vols hier, mais ce taux atteindra 60% aujourd’hui mardi 16 Septembre, selon les annonces de la compagnie.

Même si le taux de grévistes reste stable, 60% selon la direction, 75% selon le SNPL, moins de pilotes sont disponibles aujourd’hui en raison des mises au repos obligatoires.

Le programme pour demain n’a pas encore été communiqué mais selon le PDG d’Air France-KLM, Alexandre de Juniac, la situation pourrait légèrement s’améliorer. « Pour demain, d’après nos estimations de ce matin, on devrait assurer un peu plus de 40% de vols mercredi donc cela devrait s’améliorer légèrement », a-t-il déclaré sur RTL, précisant que cette tendance restait à confirmer « dans la journée« . Hier, les syndicats avaient pronostiqué « un mercredi noir.« 

Les négociations entre la direction d’Air France et les syndicats de pilotes se poursuivent et une nouvelle réunion est prévue cet après-midi. Hier, la direction a fait un pas vers les grévistes en annonçant que la flotte de Transavia France pourrait être limitée à 30 appareils au lieu de 37 prévus initialement. Mais le PDG du groupe continue d’insister sur la nécessité de développer sa filiale low-cost : « c‘est Transavia ou le déclin en Europe, » a-t-il affirmé.

Dans les aéroports, la situation reste calme malgré quelques perturbations : les passagers dont les vols ont été annulés ont pu être prévenus grâce au service AF Connect. Selon P. Gagey, le PDG d’Air France, 600.000 messages ont été envoyés ces derniers jours et les effectifs dans les centres d’appels ont été renforcés.

Air France a indiqué que les passagers dont les vols ont été annulés seraient indemnisés et leurs billets intégralement remboursés si aucun autre vol n’est disponible. La compagnie a présenté « ses excuses » et continue de recommander de reporter son voyage au-delà du 22 Septembre.

La grève des pilotes est diversement accueillie : l’intersyndicale des hôtesses et stewards (PNC) formée du SNPNC/FO et UNSA PNC la soutient « sans réserve » et envisage à son tour de déposer un préavis de grève si ses propres demandes ne sont pas satisfaites. Le représentant du syndicat de pilotes de KLM (avec laquelle Air France a fusionné en 2004) a déclaré soutenir également ses collègues Français.

En revanche, la CFDT par la voix de son numéro un, Laurent Berger, a estimé qu’il s’agissait d’une grève « indécente » et « corporatiste. » Même son de cloche du côté du Parti Socialiste, dont le premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, a réclamé ce matin la fin de la grève à Air France. « Cette grève est hors de propos quand on connaît la situation des personnels d’Air France, » a-t-il déclaré sur BFM TV/RMC. « Il faut garder raison, on ne peut pas cumuler les avantages.« 

En attendant, la grève coûte cher à la compagnie aérienne, entre 10 et 15 millions d’euros par jour selon son PDG, et elle pourrait rendre plus difficile son retour à l’équilibre financier. Air France a perdu 174 millions d’euros à elle seule en 2013 (contre un bénéfice d’exploitation de 130 millions d’euros pour le groupe Air France-KLM la même année).

Le mouvement social a été déclenchée par trois syndicats de pilotes d’Air France, le SNPL, le Spaf, et Alter, qui protestent contre la réorganisation des réseaux courts et moyens-courriers d’Air France prévue dans le plan Perform 2020, avec un nouveau partage des rôles entre Air France, HOP! et Transavia.

…….

> Plus sur Air France

> Voir le fil d’actualité sur la grève du 15 au 22 Septembre 2014

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire