Ebola : Air France doit cesser de voler vers les pays touchés, selon le FN

Airbus A340 d'Air France - © Air France

Airbus A340 d’Air France – © Air France

Le Front National demande qu’Air France cesse ses opérations vers les pays touchés par l’épidémie du virus ebola. La compagnie fait face à des pressions grandissantes.

 

L’épidémie du virus ebola et ses conséquences sur le trafic aérien mondial prend aujourd’hui un tour politique en France. Ainsi le Front National considère qu’Air France doit suspendre ses opérations vers les pays à risque.

« Marine Le Pen et le Rassemblement Bleu Marine pressent le gouvernement français à prendre toutes dispositions pour obtenir de la compagnie Air France la suspension de ses liaisons aériennes en provenance ou à destination des pays à risque, dont la Guinée, le Sierra Leone et le Libéria, » indique un communiqué en date du 22 Août 2014 publié sous la signature de Karim Ouchikh, conseiller de Marine Le Pen à la Culture et à la Francophonie, conseiller municipal de Gonesse.

Selon le Front National, il s’agit de « protéger les Français contre le risque de propagation de cette maladie contagieuse, (…) qui a déjà fait 1350 morts pour 2473 cas recensés. » 

Les mesures adoptées dans les aéroports au départ d’Afrique, ou celles à bord des appareils d’Air France en cas de passagers suspects, sont insuffisantes, estime le parti politique, qui considère « qu’en dépit des mesures de précaution prises jusqu’à présent pour tenter d’enrayer la propagation de cette maladie, les voyageurs contaminés peuvent donc entrer en France par des vols directs ou indirects sans être détectés.« 

Le parti de Marine Le Pen voudrait que la France s’inspire de l’Afrique du Sud, « qui vient de fermer ses frontières aux vols provenant de trois pays particulièrement touchés par la maladie. » 

« De nombreuses compagnies aériennes, dont British Airways, ont suspendu ces derniers jours leurs vols en provenance de la Guinée, du Libéria ou du Sierra Leone. Seules trois compagnies internationales continuent de desservir régulièrement les pays affectés par l’épidémie : Royal Air Maroc, Brussels Airlines et Air France, » rappelle le mouvement politique, oubliant au passage la première compagnie mondiale, Delta Air Lines, qui continue de voler vers le Liberia jusqu’au 1er Septembre (son retrait n’étant pas lié à l’épidémie).

Pression

Air France fait ainsi l’objet de pressions de plus en plus importantes pour cesser de voler vers Conakry et Freetown, alors qu’elle ne dessert plus Monrovia depuis Juin dernier.

Plus tôt cette semaine, un syndicat de la compagnie, le SNGAF, a lancé une pétition auprès du personnel naviguant de cabine, réclamant la suspension des opérations vers les pays à risque. Cette pétition aurait déjà recueilli un millier de signatures.

Air France a par ailleurs reconnu que plusieurs de ses employés avaient refusé d’embarquer sur les vols à destination de la Guinée et de la Sierra Leone, les pilotes pouvant exercer un droit de retrait et le personnel de cabine une clause de fatigue.

Le Comité d’Hygiène et de Sécurité de la compagnie aérienne a classé ces pays « à risque, » et le SNPL France Alpa, un des principaux syndicats de pilotes, demande la suspension des découchers dans ces destinations.

…….

> Voir le fil d’actualité sur le transport aérien et le virus ebola

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire