Etihad et Emirates suspendent leurs vols vers Erbil en Irak

Un appareil d'Emirates s'envolant de l'aéroport d'Erbil en Irak - © Erbil Airport

Un appareil d’Emirates s’envolant de l’aéroport d’Erbil en Irak – © Erbil Airport

Sur fond d’une tension croissante en Irak, Etihad et Emirates mettent fin à leurs opérations vers Erbil. Le survol de ce pays est aussi en question.

 

Hier jeudi, Etihad a annoncé qu’elle cessait ces vols vers la capital du Kurdistan Irakien « jusqu’à nouvel ordre » et « avec effet immédiat ».

« La décision de suspendre le service tient dans la possibilité d’une dégradation de la sécurité dans la région en raison d’opérations militaires en cours entre les forces Irakiennes et l’ISIS, » précise le communiqué de la compagnie d’Abu Dhabi. Les voyageurs réservés vers cette destination sont invités à se rapprocher du service clients.

De son côté Emirates suspend ses vols vers Erbil à compter du 12 Août, « pour des raisons opérationnelles, » a-t-elle annoncé mardi.

La compagnie a par ailleurs précisé que tous ses vols vers l’Europe auront cessé d’emprunter l’espace aérien Irakien d’ici à la fin du mois, à l’exception de ceux vers Bagdad et Basora vers où elle continue d’opérer.

Ces décisions interviennent alors que grandit la sensibilité sur la sécurité des opérations aériennes au dessus des zones de conflit après le crash du vol MH17 en Ukraine le 17 Juillet dernier. Mais elles montrent aussi la variété des approches prises par les différents transporteurs sur cette question.

Air France-KLM a indiqué qu’elle avait cessé de survoler l’Irak en route vers le Moyen-Orient depuis le 25 Juillet, tandis que sa filiale low-cost Transavia Holland ne dessert plus Erbil depuis le 17 Juillet, invoquant à l’époque la situation en Syrie qui rendait la route impraticable.

Toujours vers Erbil, le groupe Lufthansa a momentanément suspendu ses vols la semaine dernière, mais les a repris depuis. « Erbil est bien en dehors de la zone de conflit en Irak, et les vols vers et depuis la ville sont routés afin d’éviter celle-ci, » indiquait le groupe Allemand dimanche dernier.

British Airways a indiqué la semaine dernière qu’elle continuait à survoler l’Irak. « Si nous pensions que survoler l’Irak était dangereux, alors nous ne le survolerions pas, » avait-elle déclaré. La compagnie avait déjà bravé les recommandations de l’Agence Européenne pour la Sécurité Aérienne (AESA) en maintenant ses vols vers Tel Aviv il y a quinze jours.

L’autorité des Etats-Unis, la FAA, a interdit à ses compagnies aériennes de survoler l’Irak en dessous de 30.000 pieds (environ 9.000 mètres).

Le gouvernement Américain vient d’autoriser des frappes ciblées contre les Djihadistes de l’ISIS qui avancent vers Erbil.

…….

> Plus sur la sécurité des routes aériennes

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire