Israel : Les compagnies aériennes demandent un soutien financier au gouvernement pendant le conflit à Gaza

Boeing 747 d'El Al au décollage à l'aéroport de Tel Aviv Ben Gourion - © Moshe Shai/Flash90

Boeing 747 d’El Al au décollage à l’aéroport de Tel Aviv Ben Gourion – © Moshe Shai / Flash90

Les compagnies aériennes d’Israel ont demandé à leur gouvernement un soutien financier d’urgence pour compenser les pertes qu’elles enregistrent avec l’opération « Bordure Protectrice » à Gaza.

 

Arkia, El Al et Israir ont écrit en ce sens une lettre signée par leurs Présidents aux ministres Israéliens des Transports, des Finances, de l’Economie et du Tourisme.

Elles citent notamment l’effondrement du nombre de visiteurs étrangers qui nuit sévèrement à leur activité.

Toute une série de décisions sont sollicitées.

Parmi celles-ci figure une réduction des taxes aéroportuaires de l’aéroport de Tel Aviv Ben Gourion, au moins jusqu’à la fin de l’année, avec une possibilité de différer les paiements.

Elles voudraient également bénéficier de prêts garantis par l’Etat pour payer leurs fournisseurs et améliorer leur trésorerie, ainsi que d’une aide pour couvrir les frais salariaux, notamment ceux de leurs nombreux pilotes et techniciens rappelés pour effectuer des réserves militaires.

Par ailleurs, les combats entrainent la nécessité d’emprunter des routes aériennes plus longues, occasionnant des frais supplémentaires que les compagnies demandent à l’Etat d’Israel de prendre à sa charge.

Elles voudraient également que le gouvernement augmente ses efforts de publicité à l’étranger pour relancer le secteur du tourisme en direction d’Israel et qu’il prenne des mesures pour inciter les sociétés Israéliennes à acheter leurs billets d’avion de préférence chez les transporteurs nationaux.

La semaine dernière, le représentant de l’Association Internationale des Transporteurs Aériens, l’IATA, avait déjà demandé que l’Autorité Israélienne de l’Aviation (IAA) abaisse les redevances de l’aéroport Ben Gourion pour les compagnies Israéliennes et étrangères.

Le Ministre des Transports lui avait alors opposé une fin de non-recevoir, au motif que l’IAA était également touchée et qu’elle avait besoin de taxes pour assurer le développement des infrastructures aéroportuaires dans le pays.

…….

> Plus sur l’aviation civile en Israel

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire