Disparition du vol MH370 : la reprise des recherches repoussée à Septembre 2014

MH370 : début des relevés bathymétriques dans l'Océan Indien - Photo : twitter

MH370 : les relevés bathymétriques dans l’Océan Indien, une étape indispensable à la reprise des recherches en eaux profondes – Photo : twitter

Les recherches sous-marines pour retrouver l’épave du vol MH370 reprendront au mois de Septembre 2014, ont indiqué hier 31 Juillet les autorités Australiennes. Un mois de retard sur le calendrier initial qui suscite des interrogations dans le pays.

 

Mené par deux navires, le relevé bathymétrique « avance bien » , a indiqué hier le centre Australien de coordination des recherches (JACC).

Etape nécessaire de préparation, la cartographie des fonds de cette partie de l’océan Indien largement inexplorés devrait être terminée en Septembre et les opérations de recherche en eaux profondes pourront reprendre à ce moment-là avec un drone sous-marin loué auprès d’une société privée au terme d’un appel d’offre, ont-elle dit.

Depuis le 24 Mai de cette année, le Zhu Kezhen, un navire de la marine Chinoise, mène des opérations de relevé. Les données bathymétriques qu’il collecte aideront à caractériser la topographie du sol marin. Au 30 Juillet, ce navire avait sondé 25.000 kilomètres carrés le long du septième arc.

Le Fugro Equator, un navire Australien spécialisé, mène également un relevé bathymetrique. Au 30 Juillet, il avait sondé 43.000 kilomètres carrés ,

a indiqué le JACC qui rappelle que le but de ces relevés est de préciser le relief des fonds, « qui peut présenter un danger pour le véhicule sous-marin qui sera utilisé pour les recherches » .

L’Australie est en charge des opérations pour retrouver le Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu le 08 Mars dernier avec 239 passagers et membres d’équipage à bord. S’appuyant sur des données satellitaires, les enquêteurs internationaux sont convaincus que celui-ci s’est abîmé dans le Sud de l’océan Indien mais malgré des recherches intensives aériennes, marines et sous-marines, aucune trace de l’appareil n’a encore été repérée.

Selon leurs dernières déclarations, les autorités Australiennes pensent que le vol MH370 était en mode de pilotage automatique quand il a épuisé ses réserves de carburant et qu’il a chuté dans l’océan, imaginant un scénario selon lequel l’équipage devait être inconscient par manque d’oxygène.

 

Une « affaire dans l’affaire »

C’est donc avec un mois de retard sur le calendrier initial que reprendront les recherches en eaux profondes, programmées normalement pour ce mois d’Août.

Le relevé bathymétrique devait inclure une zone de 60.000 kilomètres carrées le long du 7ème arc, et un simple calcul mathématique laisse indiquer que les deux navires actuellement affectés à l’opération ont mené à bien cette mission, ont noté certains sites Australiens.

En fait, il n’est pas clair si l’Australie a finalement choisi la société privée qui doit intervenir avec un drone sous-marin plus puissant que celui précédemment utilisé, malgré des indications en ce sens parues dans les médias Asiatiques et reprises par la presse en Australie, mais formellement et sévèrement démenties par les autorités de ce pays, provoquant là-bas une « affaire dans l’affaire » .

Les recherches pour retrouver l’épave du vol MH370 se sont déjà avérées les plus couteuses de l’histoire de l’aviation civile.

Traditionnellement en charge de la communication des autorités Australiennes sur l’affaire du MH370, Angus Houston, le responsable de l’agence de coordination des recherches, est actuellement en Ukraine avec une partie de son équipe pour enquêter sur le deuxième drame de Malaysia Airlines, le crash du vol MH17 qui a couté la vie à de nombreux Australiens.

…….

> Accéder au fil d’actualité sur la disparition du vol MH370

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés 

Laissez un commentaire