Routes aériennes : Air France-KLM joue la prudence

Boeing 777-300ER d'Air France - © Boeing

Boeing 777-300ER d’Air France – © Boeing

Depuis que le Boeing 777 de Malaysia Airlines a été vraisemblablement abattu par un missile au dessus d’une région en guerre de l’Ukraine, Air France-KLM a pris une série de décisions sur le choix de ses routes aériennes qui révèle une grande prudence. Sur ce sujet, les compagnies aériennes avancent encore en ordre dispersé.

 

Air France et KLM ont cessé de survoler l’Irak depuis le 25 Juillet 2014, a annoncé cette semaine le groupe Franco-Néerlandais. « La sécurité de nos passagers et de nos équipages est notre priorité absolue, nous avons donc arrêté le survol de l’Irak » , a expliqué à l’Agence France Presse un porte-parole du transporteur, qui a aussi précisé que cette décision affectait essentiellement les vols à destination de Dubai.

L’annonce intervient alors que l’Irak est actuellement en proie à une insurrection menée par des Djihadistes sunnites soupçonnés par les services de renseignement Occidentaux de s’être procurés des missiles sol-air longue-portée en Syrie. Ces armes seraient susceptibles d’atteindre des avions en vol.

Pourtant, rien n’obligeait Air France et KLM à prendre une telle décision, puisqu’aucune des autorités de l’aviation civile dont relèvent les deux compagnies – les gouvernements Français et Néerlandais, l’agence des Nations-Unies en charge du transport aérien (l’OACI), l’Agence Européenne pour la Sécurité Aérienne (AESA) – n’ont à ce jour interdit ou même décommandé le survol de l’Irak.

Le transporteur Franco-Néerlandais, évite également de survoler, outre l’Ukraine dont l’espace aérien est interdit depuis le lendemain du crash du vol MH17, la Syrie et le Yemen.

A cela s’ajoutent plusieurs mesures temporaires prises durant ces quinze derniers jours, comme la suspension des vols à destination de Tel Aviv pendant 36 heures après le tir d’une roquette à proximité de l’aéroport, voire le contournement de la zone du crash du vol d’Air Algérie au Nord Mali pendant quelques heures.

 

Les compagnies aériennes en ordre dispersé sur la sécurité des routes aériennes

Cependant, la prudence dont fait preuve Air France-KLM depuis le crash de l’avion Malaysien en Ukraine reste un comportement isolé chez les transporteurs.

A ce jour, seulement deux autres compagnies aériennes ont annoncé cesser de survoler l’Irak, Emirates et Virgin Atlantic.

La compagnie Australienne Qantas a annoncé qu’elle continuerait de survoler ce pays.

Quant à Malaysia Airlines, elle a dérouté un de ses vols au dessus de la Syrie au lendemain de la perte de son avion en Ukraine.

Enfin, d’autres transporteurs n’hésitent pas à braver les recommandations de leur propre régulateur, comme British Airways qui a maintenu ses opérations vers Tel Aviv la semaine dernière en dépit d’un bulletin d’alerte de l’AESA.

…….

> Plus sur Air France et KLM

> Plus sur la sécurité aérienne

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

3 commentaires sur “Routes aériennes : Air France-KLM joue la prudence

  1. Les annonces de non-survol de l’Irak sont nauséabondes : la fin justifie les moyens, et peu importe d’asseoir sa communication sur une catastrophe aérienne !

    Reste à expliquer comment la situation irakienne aurait subitement évolué dans la nuit du 24 au 25 juillet ? Si le survol de l’Irak est désormais dangereux, il l’était tout autant le 24 juillet !

    En restant dans la logique de cette communication, cela signifie qu’AIR FRANCE, KLM, EMIRATES et VIRGIN ATANTIC faisaient donc courir de grands risques à leurs passagers le 24 juillet ! Ceux-ci apprécieront !

Laissez un commentaire