Pourquoi Airbus annule la commande des 6 A380 de Skymark Airlines

Airbus A380 MSN162 de Skymark Airlines 03/2014 - @ Airbus

Airbus A380 MSN162 de Skymark Airlines 03/2014 – @ Airbus

Airbus annule de sa propre initiative la commande passée en 2011 par Skymark Airlines portant sur 6 A380, représentant plus de 2 milliards de dollars US au prix catalogue. La décision du constructeur est dictée par des raisons financières et commerciales.

 

Devenue incertaine après un report en Juin 2014 sous un prétexte qui a étonné les observateurs, la livraison de 6 A380 à la compagnie Japonaise Skymark Airlines n’aura donc pas lieu : « Airbus a, conformément à ses droits contractuels, notifié Skymark Airlines que l’ordre d’achat pour les six A380 signé en 2011 est résilié. Airbus se réserve tous ses droits et recours« , annonce un communiqué laconique du constructeur en date du 29 Juillet 2014.

Si Airbus s’est résolu à cette décision qui lui fait perdre son unique client Japonais pour le super Jumbo, c’est qu’il n’avait guère le choix : après des premiers versements de 193 millions d’euros, Skymark ne parvenait plus à tenir le calendrier des paiements. La compagnie a accumulé plusieurs trimestres consécutifs déficitaires tandis que ses perspectives s’assombrissent sous l’effet d’une concurrence grandissante sur le coeur de son marché principal et d’une dépréciation du yen qui surenchérit sa facture carburant.

Même si elle n’a aucune dette, Skymark aurait eu du mal à trouver un financement pour les 6 super Jumbos, avec un modèle économique qui ne convainc pas. La compagnie est aujourd’hui connue pour ses vols low-cost sur des lignes intérieures japonaises et se lancer d’emblée sur des opérations longs-courriers avec des super Jumbos, qui plus est configurés en version « tout premium », sans partenaire ni expérience, constitue un pari risqué.

Face à ces incertitudes financières, Airbus a préféré couper court à l’aventure, d’autant plus que le ton de Skymark à son égard est devenu peu amène ces derniers jours. Le constructeur pouvait craindre d’être accusé par la compagnie d’être à l’origine de tous ses maux après la mise en service des premiers A380, un risque qu’Airbus n’a pas voulu prendre afin de ne pas entacher la réputation commerciale des super jumbos.

Pour autant, Airbus ne compte pas en rester là : l’avionneur réclame à Skymark, en plus des versements déjà effectués, l’équivalent de 500 millions d’euros de pénalités, selon la réseau de télévision Japonais NHK. Si ce montant n’est confirmé ni par Skymark ni par Airbus, la somme réclamée par le constructeur a été en fou cas jugée « hors du sens commun » par la compagnie, qui pourrait y laisser des plumes, et peut-être son existence. A la bourse de Tokyo mardi, le titre de Skymark perdait plus de 13%, signe que les investisseurs ont maintenant des doutes sur l’avenir du transporteur.

Même si la décision est de son fait, pour Airbus aussi le coup est rude. L’avionneur se retrouve avec 2 A380 sur les bras qu’il va avoir du mal à replacer : les appareils sont prêts à être aménagés selon les spécifications de Skymark, avec 114 sièges en classe Affaires et 280 en Premium Economie pour transporter 394 passagers au total, quand le modèle économique idéal pour cet appareil pousse la plupart des transporteurs à le configurer pour 500 passagers ou plus.

A cela s’ajoutent des doutes sur d’autres commandes d’A380, passées par des compagnies comme Air Austral (2 exemplaires), Virgin Atlantic (6 exemplaires), voire Qantas qui, en prise à des difficultés financières, pourrait ne jamais prendre livraison des 8 exemplaires (plus 4 options) restant à livrer. Quant à Hong Kong Airlines, elle a converti ses 10 A380 en 70 A320/A321neo.

Airbus n’a enregistré aucune nouvelle commande pour l’A380 depuis celle d’Amedeo passée l’année dernière et finalisée en Mars dernier.

…….

> Plus sur Skymark Airlines

> Plus sur l’Airbus A380

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire