[MAJ] Un avion d’Air Algérie s’écrase au Mali. 116 disparus dont au moins 51 Français

 

MD83 de Swiftair - © Andrea Tabanelli - Lugo Spotter / Planespotters

Le vol porté disparu était opéré par un MD83 de Swiftair – © Andrea Tabanelli – Lugo Spotter / Planespotters

[Cet article a été mis à jour en temps réel le 24/07/2014 – le fil d’actualité pour les jours suivant est disponible ici

Semaine noire pour le transport aérien dans le monde. Après le crash des appareils de Malaysian Airlines et de Transasia Airways, ainsi que les interruptions de vol vers Tel Aviv, Air Algérie annonce avoir perdu le contact avec un appareil effectuant la liaison Ouagadougou – Alger. L’avion se serait écrasé dans le Nord du Mali.

Les services de navigation aérienne ont perdu le contact avec un avion d’Air Algérie assurant jeudi la liaison Ouagadougou – Alger, 50 minutes après son décollage,

annonçait ce 24 Juillet au matin la compagnie publique algérienne, citée par l’agence APS.

Le vol d’Air Algérie AH5017 assurant le liaison Ouagadougou – Alger était prévu au décollage à 00h45, avec une arrivée à destination à 05h40 heures locales.

Il était opéré par la compagnie Espagnole Swiftair en McDonnell Douglas MD83 pour le compte d’Air Algérie.

Immatriculé EC-LTV, l’appareil a été produit en Juin 1996 et contrôlé par la Direction Générale de Aviation Civile (DGAC) Française la semaine dernière à Marseille, qui l’avait jugé « en bon état  » .

Aucune mention n’est faite des balises de détresse qui devaient équiper l’appareil.

Dans l’après-midi de ce jeudi, Boeing, en sa qualité de repreneur de McDonnell Douglas, a indiqué « réunir des informations » .

 

De nombreuses nationalités parmi les passagers, dont 50 Français.

110 passagers de plusieurs nationalités et 6 membres d’équipage étaient à bord. « Nombre de Français » voyageaient sur ce vol, indiquait ce midi le ministre Français Frédric Cuvillier.

Selon le Ministre Français des Affaires Etrangères, 51 Français se trouvaient à Bord.

Air Algérie a communiqué la liste des nationalités, évoquant, outre les Français, 24 Burkinabés, 8 Libanais, 6 Algériens, 5 Canadiens, 4 Allemands, 2 Luxembourgeois,1 Malien, 1 Nigérien,1 Camerounais,1 Belge,1 Ukrainien,1 Roumain,1 Suisse.

La France a ouvert une cellule de crise au Quai d’Orsay et mis en place un numéro d’urgence, destiné à toutes les personnes qui auraient des raisons de s’inquiéter pour des proches, le 01 43 17 56 46. Un millier d’appels a été enregistré vers 17h00 aujourd’hui.

De son côté, Air Algérie a ouvert des cellules de crise aux aéroports de Paris Charles de Gaulle et Marseille Provence.

Le parquet de Paris a ouvert dès ce jeudi une enquête préliminaire pour « homicides involontaires ».

 

Une disparition soudaine et encore inexpliquée

Au moment de sa disparition, l’appareil volait à l’altitude de 31.000 pieds, dans la région de Gao, au nord de Mali.

Le pilote aurait demandé au contrôle aérien de Niamey au Niger de changer de cap pour éviter une zone orageuse vers 01h38 GMT, mais d’autres sources affirment que c’est le contrôle aérien qui lui aurait donné l’instruction de se dérouter pour éviter d’entrer en collision avec un avion effectuant la liaison Alger – Bamako.

Les rapports météorologiques font état d’une situation perturbée, avec de violents orages et la présence de cumulo-nimbus, une situation toutefois courante dans cette région à cette époque.

Le contact a été perdu à 01h47 GMT.

L’équipage n’a lancé aucun signal de détresse, laissant indiquer un événement soudain et brutal.

La France a lancé deux Mirages 2000 pour tenter de repérer l’épave.

Plusieurs sources indiquaient vers 16h00 que celle-ci aurait été retrouvée au Nord de Gao, au Mali. Les autorités de l’aéroport de Ouagadougou diffusait même une carte pour signaler son emplacement.

A 16h45, le ministre des Affaires Etrangères Français, Laurent Fabius, ne confirmait pas cette information.

Des « recherches intensives » se poursuivent à « l’intérieur d’une vaste zone  » , a-t-il indiqué, tout en évoquant une « tragédie nationale« .

Le Président de la République Française, François Hollande, a renoncé à déplacement dans l’Océan Indien. « Tous les moyens civils et militaires que nous avons au Mali sont mobilisés  » , a-t-il indiqué, en ajoutant que les « recherches dureront le temps qu’il faudra  » .

Des factions Djihadistes sont présentes dans la région de Gao. Celles-ci seraient équipées de lance-roquettes (Manpads), mais ces armes ne peuvent atteindre un avion volant à son altitude de croisière.

…….

AH5017 : Documents

Cliquer pour agrandir

Route Ouagadougou - Alger et situation de Gao - © via gcmap

Route Ouagadougou – Alger et situation de Gao – © via gcmap

Zones contrôles aériens en Afrique de l'Ouest

Zones des différents contrôles aériens en Afrique de l’Ouest

Itinéraire Alger - Ouagadougou publié par Air Algérie (source)

Itinéraire Alger – Ouagadougou publié par Air Algérie (source)

Communiqué de Swiftair confirmant la disparition du vol AH5017 qu'elle opérait pour Air Algérie

Communiqué de Swiftair confirmant la disparition du vol AH5017 qu’elle opérait pour Air Algérie

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Un commentaire sur “[MAJ] Un avion d’Air Algérie s’écrase au Mali. 116 disparus dont au moins 51 Français

  1. Je suis très choqué que tant de personnes perdent la vie dans ce crash d’avion.
    L’avion a subit des tests de conformité dans nos meilleures équipes. Et je puis vous assurer que ces tests sont sévères. Ayant moi même travaillé pour airbus.
    Si je posts, c’est que je m’interroge et que peut-être quelqu’un a la réponse. Voici mes interrogations.
    Si un avion a un problème à 10000m d’altitude et qu’il s’éventre pour une cause d’explosion ou de tempête, pourquoi ses débris sont-ils concentrés sur une surface très faible (300x300m)? L’exemple de l’avion ukrainien, nous montre des débris sur plusieurs kms. Pourquoi les débris de celui-ci sont-ils concentrés (spécialiste sur BFMTV) ?

    Le point second et qui m’étonne beaucoup, et que ce crash occulte complètement le crash ukrainien, où désormais on sait que les ukrainiens sont en cause. La question qui me vient à l’esprit est la suivante : est-ce que les services secrets américains n’auraient pas provoqué ce crash dans le but de dissiper une responsabilité ?

    L’autre problème, si l’on fait le rapprochement avec un autre crash, celui sur le Pentagone, c’est qu’il n’y avait pas de trace de l’avion crashé. D’où ma question : les services secrets américains disposeraient-ils d’un arsenal spécifique, permettant la destruction d’un objectif, sans laisser trop de traces ?

Laissez un commentaire