A330neo : lancement proche avec des moteurs Rolls Royce

Airbus A330-300

Airbus A330-300

 

Airbus est sur le point de lancer une version améliorée de son long-courrier A330 avec de nouveaux moteurs exclusivement produits par Rolls Royce. La réaction de Boeing est prête.

 

La décision finale d’Airbus reste soumise à l’approbation de son Conseil d’Administration, qui doit se réunir avant l’ouverture du salon aéronautique de Farnborough à la mi-Juillet, selon Reuters qui cite des sources confidentielles.

Néanmoins, il n’est pas assuré que ce nouveau programme soit annoncé pendant le salon, Airbus préférant bénéficier de commandes fermes avant un lancement.

Mais des décisions d’achat sont attendues pour le courant de l’année : Delta Air Lines notamment a lancé un appel d’offres (RFP) pour le renouvellement de ses 767-300ER et 747-400. La compagnie Américaine  n’a pas caché son intérêt pour une version remotorisée de l’A330.

La version actuelle du bimoteur d’Airbus compose déjà une partie de sa flotte long-courrier (avec 11 A330-200 et 21 A330-300 en service, plus 10 A330-300 à recevoir entre 2015 et 2017).

D’autres clients d’Airbus opérant déjà l’A330, comme Air Asia ou des sociétés de leasing (CIT, ALC) ont également appelé au lancement d’une version « neo » (New Engine Option).

> Sur ce sujet, lire : A350-800 ou A330neo : le dilemme d’Airbus (09/04/2014)

Mais contrairement à la version actuelle où les clients ont le choix entre deux motoristes, General Electric et Rolls Royce, l’A330neo serait exclusivement motorisé par le Britannique.

Cette décision consacrerait un partenariat toujours plus étroit entre Airbus et Rolls Royce, ce dernier étant déjà le fournisseur exclusif des moteurs du prochain A350 qui doit rentrer en service dans le courant de l’année.

Le motoriste Européen serait également seul en lice pour le projet A380neo.

> Sur ce sujet, lire : Emirates veut de nouveaux moteurs pour l’Airbus A380, mais pas 11 sièges de front (03/06/2014)

Pour l’A330neo, les compagnies aériennes auront en revanche le choix entre deux variantes aux capacités différentes, Airbus souhaitant remotoriser les actuelles versions -200 et -300 de son biréacteur pour s’inscrire sur le marché des longs-courriers de 250 à 300 passagers en configuration standard.

La réaction de Boeing

Or ce segment est justement celui occupé par le 787 Dreamliner de Boeing.

Bien que le constructeur Américain affirme que le Dreamliner bénéficie de performances supérieures à celles dont disposerait l’A330neo, les ventes du 787 pourraient pâtir de la concurrence du modèle d’Airbus : l’avionneur Européen a déjà fait savoir qu’en cas de lancement, l’A330neo serait proposé à un prix inférieur à celui des versions équivalentes du 787.

Au demeurant, tous les transporteurs n’ont pas besoin des performances délivrées par le Dreamliner, notamment en termes de distance franchissable.

Au surplus, l’A330neo pourrait être disponible dès 2017 alors que les créneaux de livraison pour le 787 sont déjà complets jusqu’à 2020.

Selon certains experts, Boeing aurait déjà anticipé le lancement de l’A330neo en préparant sa réaction : l’avionneur Américain aurait dans ses cartons une version « bridée » (aux performances volontairement limitées) du 787, qu’il pourrait offrir à un prix moindre que les versions actuelles.

Une autre partie de cette stratégie de réplique consisterait à augmenter les cadences de production du 787 pour rendre disponibles des créneaux de livraison avec la fin de cette décennie.

Le 787 est actuellement produit au rythme de 10 appareils par mois avec l’objectif de 14 exemplaires mensuels pour la fin de la décennie, un chiffre qui pourrait donc être revu à la hausse en cas de lancement de l’A330neo.

…….

> Plus sur Airbus

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire