Airbus : une opération de charme aux USA pour vendre l’A380

Airbus A380-800 - © Airbus

Airbus A380-800 – © Airbus

 

Airbus a mené la semaine dernière une opération de charme aux Etats-Unis pour vendre son A380 auprès des compagnies Américaines. Et pour mieux convaincre, le constructeur s’était bien entouré.

 

Aux côtés d’Airbus figuraient la compagnie Emirates de Dubai et le loueur Amedeo.

Emirates est le premier opérateur de l’A380 dans le monde (48 exemplaires livrés plus 92 autres en commande) et Amedeo le dernier à l’avoir commandé, en Février dernier (20 exemplaires fermes).

Ces deux clients importants pour Airbus souhaiteraient voir le marché du super Jumbo se développer, Emirates pour augmenter les chances qu’Airbus modifie l’appareil comme elle le souhaiterait, au prix d’une opération qui resterait trop coûteuse pour le constructeur sans nouvelles commandes d’envergure; Amedeo parce que le loueur cherche des preneurs pour les exemplaires qu’il doit recevoir à compter de 2016.

Sur ce sujet, lire : Amedeo confirme sa commande de 20 Airbus A380 (12/02/2014)

Pour autant, Airbus, Emirates et Amedeo ne se sont pas adressés directement aux compagnies aériennes des Etats-Unis mais à leurs financiers. C’est à New York que le trio a essayé de convaincre jeudi 12 Juin les analystes de Wall Street que l’A380 peut être rentable et qu’il fait économiquement sens.

Rentré en service en 2007, le super Jumbo d’une valeur de plus de 400 millions de dollars US au prix catalogue n’a toujours pas trouvé preneur aux Etats-Unis. En n’opérant pas l’A380, « les compagnies Américaines ne prennent pas leur part du gâteau et laissent les autres en profiter« , assure pourtant Mark Lapidus, le PDG d’Amedeo, selon des propos rapportés par Reuters. Le loueur redoute également la réaction de Wall Street dans l’éventualité où un transporteur des Etats-Unis mettrait en service l’appareil.

Emirates de son côté s’est évertuée à démonter comment elle augmentait ses revenus « d’une manière qui ne pourrait être reproduite sans l’A380« , selon Nigel Hopkins, le Vice-Président de la compagnie.

Et pour mieux se rendre compte des qualités de l’appareil, 150 analystes financiers et journalistes ont été invités à un vol de démonstration au dessus de New York à bord d’un exemplaire d’Airbus.

 

Delta continue de faire la sourde oreille

Si l’A380 a peu de chance de trouver sa place sur le marché domestique Américain où règnent en maître les monocouloirs et le culte de la fréquence, Airbus espère convaincre de son utilité vers des hubs comme Londres ou Hong Kong, opérant au maximum de leurs capacités. L’A380 permet alors de maximiser les fréquences ainsi que les capacités, en emportant plus de passagers sans avoir besoin de rechercher de nouveaux créneaux horaires.

Photomontage - Un modèle qui n'est pas prêt de voir le jour : un Airbus A380 aux couleurs de Delta Airlines ! ©  cardatabase http://www.cardatabase.net/modifiedairlinerphotos/photos/big/00011542.jpg

Photomontage – Un modèle qui n’est pas prêt de voir le jour : un Airbus A380 aux couleurs de Delta Airlines ! © cardatabase

Par ailleurs, les compagnies Américaines sont de plus en plus exposées à la concurrence de leurs consoeurs du Golfe ou d’Asie qui exploitent l’A380, comme Emirates, Singapore Airlines ou Korean Air. New York JFK et Los Angeles figurent parmi les destinations les plus fréquentées par les super Jumbos actuellement en service.

Mais la troisième compagnie Américaine, Delta Air Lines, alliée d’Air France-KLM au sein de leur co-entreprise transatlantique, a déjà fait savoir hier lundi qu’elle considérait que l’A380 n’était « pas viable » sur ses marchés. « Nous ne voyons aucune application pour l’A380 dans notre réseau« , a déclaré Steve Dickson, Vice-Président de Delta en charge des opérations lors d’une interview à Atlanta.

Delta vient de passer une commande portant sur 15 Airbus A321 supplémentaires et doit prendre prochainement position sur une commande pouvant comprendre jusqu’à 50 gros porteurs pour remplacer ses Boeing 767-300 et 747-400 vieillissants.

…….

> Plus sur l’Airbus A380

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

5 commentaires sur “Airbus : une opération de charme aux USA pour vendre l’A380

  1. Autre « petit » détail mais d’importance; la valeur catalogue de l’A380 est de 400 MILLIONS de U$D (et pas Milliards comme cité dans l’article…..)
    Néanmoins merci pour la qualité de vos reportages, toujours aussi intéressants et surtout, factuels.
    Cordialement,

    David Derognat

  2. A mon sens l’A380 reste un appareil très « politique » en ce qu’il concurrence avec succès le 747, qui est un avion très sensible aux cœurs US. La décision de l’acquérir pourrait apparaître pour antipatriotique aux yeux de l’opinion publique, plus que pour les autres modules.
    Je ne désespère pas qu’à force d’y être confrontés sur leurs aéroports, le portefeuille des compagnies prenne le pas sur leurs considérations nationales.

Laissez un commentaire