Emirates veut de nouveaux moteurs pour l’Airbus A380, mais pas 11 sièges de front

A380 en vol- © Emirates

A380 en vol- © Emirates

 

Emirates, la compagnie de Dubai et premier opérateur de l’Airbus A380, demande à l’avionneur Européen de nouveaux moteurs pour le super Jumbo, dit étudier de nouveaux sièges mais exclut d’en installer 11 de front en cabine Economie.

 

L’idée consiste à améliorer les performances de l’A380 : Emirates a calculé qu’équipé de nouveaux moteurs et avec plus de sièges ainsi que diverses améliorations sur sa structure et son aérodynamisme, le géant des airs gagnerait 10 à 12% d’efficacité grâce à une réduction de ses coûts opérationnels. Ce gain substantiel permettrait à l’appareil de rester compétitif au delà des années 2020, quand rentreront en service les 777X de Boeing.

Pour convaincre Airbus de lancer le projet, Emirates a des arguments : la compagnie de Dubai reste de loin le premier client pour l’A380, opérant aujourd’hui plus d’un tiers des appareils en service (48 sur 132) tandis que ses 92 exemplaires restant à livrer représentent environ la moitié du carnet de commande du constructeur pour ce type d’appareil.

Qatar Airways  plaide dans le même sens et, même avec des commandes plus modestes (10 exemplaires plus 3 options), ses ambitions à long-terme et sa proximité avec Airbus (notamment avec 80 A350 XWB commandés) ne peuvent être totalement ignorées par l’avionneur.

Airbus n’a pas encore donné de réponse pour ce que certains appellent déjà l’A380neo (New Engine Option), allusion à l’A320 auquel a été appliquée une re-motorisation. Le succès de l’A320neo, qui court en tête des ventes sur son créneau avec 60% de parts de marché, inspirera-t-il Airbus ?

 

Qui pour remotoriser l’A380 ?

Le problème pourrait provenir des motoristes, qui hésiteraient à lancer des études coûteuses pour un nouveau moteur au marché relativement étroit.

Engine Alliance, co-entreprise de General Electric et Pratt & Whitney, fournit les moteurs des A380 d’Emirates, mais a laissé entendre qu’elle préférait se consacrer à d’autres projets.

En revanche, selon les déclarations du PDG de la compagnie de Dubai, Tim Clark, qui s’exprimait hier en marge de l’Assemblée Générale de l’IATA à Doha, Emirates pense que Rolls Royce, avec qui elle est en discussions, pourrait être intéressé.

Si le projet devait se concrétiser, le lot de 25 A380 à livrer entre 2016 et 2018 (correspondant à la première moitié de la commande de 50 exemplaires  passée en Novembre dernier), ne pourrait être équipé de ces nouveaux moteurs en raison de délais insuffisants.

Mais les 25 appareils suivants, attendus pour le début de la prochaine décennie, pourraient alors recevoir la nouvelle motorisation.

Néanmoins, excluant toute annulation de commande, Emirates prendrait livraison de ces 25 derniers exemplaires même si Airbus ne donnait pas suite au projet A380neo. Et la raison est simple :

« Quand vous pouvez remplir l’A380, il rapporte pas mal d’argent« 

a déclaré Tim Clark, précisant que l’appareil restait six ans après son entrée en service « immensément populaire » auprès de ses clients.

 

Emirates exclut 11 sièges de front

Est-ce pour ne pas gâcher cette popularité de l’A380 qu’Emirates exclut d’installer 11 sièges de front en classe économique ?

La compagnie écarte en tout cas cette configuration en rangées de 3-5-3, en raison de l’inconfort qu’aurait à subir le siège du milieu sur la rangée centrale, éloigné des couloirs par deux sièges.

« [Cette configuration] rend le siège du milieu dans la rangée de cinq pas très attrayant. Imaginez que vous ayez un problème et que vous cherchiez à sortir pour aller aux toilettes,« 

a expliqué Tim Clark à des journalistes présents.

Le détail pourrait être convaincant s’il ne passait sous silence que tel est déjà le cas dans la configuration actuelle en 3-4-3, où les sièges « hublots » sont également séparés du couloir par deux autres sièges.

Mais l’argument développé par le PDG d’Emirates est une manière de dire à Airbus qu’il devra chercher d’autres solutions qu’une densification pour augmenter la rentabilité de l’A380, poussant vers une re-motorisation.

Cependant, Emirates a indiqué vouloir améliorer son produit en classe Economique, notamment en installant des sièges plus ergonomiques mais aussi des écrans plats plus grands, d’une largeur de 14 pouces (35 centimètres), et en proposant des repas et un service améliorés.

La compagnie de Dubai devrait également installer des suites privatives de Première classe, à l’instar de « The Residence » d’Etihad.

…….

> Plus sur l’Airbus A380

> Plus sur Emirates

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire