Etihad lance son offre sur Alitalia. Air France-KLM et Delta Air Lines concernées

Boeing 777-300ER d'Etihad et Boeing 777-200 ER d'Alitalia en vol

Boeing 777-300ER d’Etihad et Boeing 777-200 ER d’Alitalia en vol

 

Etihad Airways a confirmé ce dimanche 1er Juin avoir établi une offre sous conditions suspensives pour prendre une participation dans Alitalia.

 

Aucun détail sur les conditions de l’offre ni le montant de l’investissement n’est communiqué avant que la proposition d’achat ne soit formalisée. Néanmoins la compagnie d’Abu Dhabi annonce que les termes ont été négociés avec les instances d’Alitalia et que le gouvernement Italien accueille favorablement ce partenariat.

Pour aboutir, la proposition d’Etihad doit recueillir l’accord du Conseil d’Administration et de l’Assemblée Générale des actionnaires d’Alitalia, parmi lesquelles figurent des banques créancières de la compagnie Italienne, notamment Intesa San Paolo et Unicredit.

« Une fois que le Conseil d’Alitalia et les actionnaires auront accepté ces conditions, les compagnies aériennes monteront leur dossier pour finaliser la transaction proposée, conformément aux exigences réglementaires et notamment celles de l’Union Européenne« ,

indique Etihad Airways dans son communiqué.

Les plus hautes instances d’Alitalia se félicitent déjà de cette proposition : le directeur général de la compagnie Italienne, Gabriele Del Torchio, souligne que l’investissement apportera une stabilité financière à Alitalia tandis que le Président Robert Colaninno voit dans Etihad un « partenaire stratégique idéal » pour assurer une « croissance de long terme« .

Selon certaines sources, Etihad aurait élaboré un plan stratégique pour Alitalia, visant un retour aux bénéfices d’ici à 2017, moyennant des coupes sombres dans les effectifs (2.600 à 3.000 emplois seraient supprimés), une restructuration de la dette (portant sur 400 à 560 millions d’euros sur un total d’environ 1 milliard) ainsi qu’une intensification de la coopération entre les deux compagnies.

 

Une première inconnue, la position d’Air France-KLM…

Face à une rentrée d’Etihad au capital d’Alitalia, reste une inconnue, celle de la position de l’ancien actionnaire de référence de la compagnie Italienne, le groupe Air France-KLM.

Celui-ci détient encore 7% du capital d‘Alitalia et dispose d’un siège (sur 11) au Conseil d’Administration de la compagnie Italienne, en la personne de son directeur financier, Pierre Francois Riolacci.

Or une prise de participation d’Etihad dans Alitalia est de nature à impacter le groupe Franco-Néerlandais sur un plan financier mais aussi stratégique.

La participation d’Air France-KLM pourrait être à nouveau diluée si l’investissement d’Etihad se traduisait en totalité ou partiellement par une nouvelle augmentation de capital, bien que le groupe Franco-Néerlandais ait complètement effacé de ses compte sa participation dans le transporteur Italien en Janvier dernier.

C’est en fait sur le plan stratégique que les risques de voir Etihad s’emparer d‘Alitalia sont les plus élevés pour Air France-KLM, qui pourrait voir une partie de son trafic distrait au profit d’Etihad et de ses filiales Européennes.

Selon les médias Italiens, Etihad chercherait à établir en Italie une véritable tête de pont : la desserte de son hub d’Abu Dhabi serait renforcée depuis plusieurs villes Italiennes, pour alimenter au-delà ses lignes vers le Moyen-Orient, l’Océan Indien, l’Asie et le Pacifique. Par ailleurs, Milan Linate deviendrait un nouveau hub entre Alitalia et les autres filiales Européennes d’Etihad (notamment Air Berlin, Air Serbia et Darwin Airlines rebaptisée Etihad Regional).

Bref, le développement d’Etihad en Italie pourrait nuire à Air France-KLM tant pour le trafic intercontinental qu’intra-Européen.

Assez notablement la semaine dernière, Alexandre de Juniac, PDG d’Air France-KLM, n’excluait pas de se retirer totalement d’Alitalia si les intentions d’Etihad n’étaient pas « amicales« , amorçant ainsi un changement de position face au transporteur d’Abu Dhabi qu’il avait jusqu’à présent qualifié de « partenaire loyal » depuis la signature d’un accord stratégique en 2012.

Si au contraire l’investissement d’Etihad dans Alitalia devait se faire en bonne intelligence, le groupe Air France-KLM a indiqué qu’il pourrait revenir sur le dossier et élever sa participation dans le transporteur Italien.

 

Une deuxième inconnue, la réaction de Delta Air Lines

L’investissement d’Etihad dans Alitalia sera regardé à la loupe également de l’autre côté de l’Atlantique, notamment par la compagnie Américaine Delta Air Lines.

Celle-ci n’a jamais caché son hostilité envers le développement des compagnies du Golfe, qu’elle accuse de bénéficier d’aides d’états et d’autres avantages dont elle-même dit ne pas pouvoir se prévaloir.

Or, Comme Air France-KLM, Delta Air Lines collabore avec Alitalia au sein de l’alliance Skyteam et les deux compagnies partagent leurs codes sur de nombreuses destinations.

Surtout, Alitalia participe à la co-entreprise formée par Delta Air Lines, Air France, et KLM au dessus de l’Atlantique Nord. Au sein de celle-ci (la première dans le monde en termes de passagers transportés), les quatre compagnies partagent leurs coûts et surtout leurs recettes au pro-rata de leurs opérations.

Reste donc à savoir comment réagira le géant Américain quand il devra partager ses bénéfices sur ce marché hautement lucratif avec son pire ennemi…

 

L’essor des compagnies du Golfe n’en finit pas de redessiner le paysage du transport aérien mondial et la prise de participation d’Etihad dans Alitalia sera également passé au peigne fin par la Commission Européenne, qui avait promis à Alitalia des « discussions longues et difficiles« .

> Lire : Etihad – Alitalia : l’UE promet des discussions « longues et difficiles » (22/02/2014)

…….

> Plus sur Etihad et Alitalia

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire