Vol MH370 : les signaux acoustiques n’étaient pas ceux de l’avion, les recherches interrompues pendant plusieurs mois, le doute grandit

MH370 - Photo © Twitter

MH370 – Photo © Twitter

 

Les autorités Australiennes ont annoncé aujourd’hui que les signaux acoustiques entendus au fond de l’océan en Avril dernier ne provenaient pas des enregistreurs de vol du Boeing 777-200ER de Malaysia Airlines. Les recherches pour retrouver son épave vont être interrompues pendant plusieurs mois. Le revirement de situation fait naître de nouveaux doutes.

 

« La recherche dans le voisinage des détections acoustiques [relevées en Avril] peut désormais être considérée comme terminée, et l’idée que cette zone soit l’endroit où repose le vol MH370 peut être écartée« ,

a indiqué le Bureau Australien de la Sécurité des Transports (ATSB) ce 29 Mai 2014.

Le drone sous-marin prêté par la Marine Américaine, Bluefin-21, a fini de sonder hier les 850 km2 qualifiés jusqu’à présent comme formant « la zone la plus probable » du crash du vol MH370 dans l’Océan Indien, sans avoir trouver cependant la moindre trace de l’avion disparu le 08 Mars 2014 avec 239 personnes à son bord.

Cette zone avait été déterminée en fonction de signaux acoustiques détectés par une sonde tractée depuis le navire Australien Ocean Shield au large de Perth, au début du mois d’Avril. Les autorités avaient alors déclaré avec force qu’elles étaient « convaincues » que ces signaux provenaient des balises situées dans les « boites noires » du vol MH370.

Déterminée à continuer les recherches, l’équipe d’investigation Australienne annonce maintenant trois étapes pour la poursuite des opérations :

  1. l’examen de tous les renseignements et analyses existants pour définir une zone de recherche de 60.000 kilomètres carrés maximum le long de l’arc Sud dans l’océan Indien;
  2. la réalisation d’une étude bathymétrique pour cartographier le fond de la mer dans la zone de recherche définie;
  3. l’acquisition de moyens appropriés pour une recherche exhaustive du fond de l’océan dans cette région.

Nécessaire à la sécurité des futures opérations de recherche avec un nouveau submersible, la cartographie de la zone a déjà commencé avec un navire Chinois sur zone, le Zhu Kezhen.

Cette opération est prévue pour durer 3 mois, tandis que les recherches à proprement dites ne devraient pas reprendre avant le mois d‘Août 2014 et pourraient durer jusqu’à 12 mois, selon les autorités Australiennes.

C’est une sonde plus élaborée que le Bluefin-21, capable de plonger plus profondément et de scanner une plus grande surface en moins de temps, qui sera alors mise en oeuvre. L’appareil sera fourni par une entreprise du secteur privé selon un appel d’offre qui sera lancé prochainement par les autorités Australiennes.

Estimé à plus 60 millions de dollars, le coût de cette nouvelle opération serait essentiellement réparti entre l’Australie, la Chine et la Malaisie. Des discussions multi-partites doivent en fixer les modalités prochainement.

Place au doute

Mais en dehors de la détermination affichée, le doute s’installe y compris au sein de l’équipe d’investigation.

Non seulement les signaux détectés ne proviennent pas des enregistreurs de vol du Boeing 777 de Malaysia Airlines, non seulement aucun débris de celui-ci n’a pu être retrouvé à l’intérieur de la zone décrite « comme la plus probable« , mais l’interprétation des données satellitaires fournies par le réseau Inmarsat est à présent soumise à un nouvel examen.

Carte n°3 :  Itinéraire du vol MH370 au dessus de l'océan Indien le 08 Mars

Lieux du crash du vol MH370 dans l’océan Indien le 08 Mars 2014, tel qu’estimé avant l’extinction des recherches avec le submersible Bluefin-21 le 29 mai 2014, en fonction  d’hypothèses sur la trajectoire, l’altitude et la vitesse de l’appareil. L’insuccès de cette phase de recherche rend caduques toutes ces hypothèses – Image : © JACC

 

Au surplus, les hypothèse de travail, concernant la vitesse, l’altitude et la trajectoire de l’appareil, telles que publiées en début de ce mois (ci-dessus), doivent être également revues, comme le confessent à demi-mot les autorités Australiennes :

« [Un] groupe de travail d’experts en satellite continue d’examiner et d’affiner les analyses complexes des radars, des données satellitaires ainsi que des données de performances de l’avion, afin de déterminer où ce dernier a pu plonger dans l’eau. Les résultats de ces examens seront rendus publics en temps opportun« ,

écrit aujourd’hui le centre de coordination des recherches.

Aucune explication n’avait été fournie sur les conjectures en matière de performances et d’itinéraires retenus pour l’élaboration des tracés du vol MH370 lors de son parcours supposé au dessus de l’océan Indien Sud.

Les autorités Australiennes maintiennent que la zone des prochaines opérations se situera bien sur l’arc Sud calculé en fonction de la dernière transmission entre le « modem » de l’appareil et le réseau satellitaire Inmarsat-3 (ci-dessous).

En revanche, l’extension de la prochaine zone de recherche à une superficie équivalente à 70 fois la précédente indique que les Autorités ne font preuve désormais de plus aucune certitude sur le parcours du vol MH370 après sa disparition des écrans radars civils puis militaires au large des côtes Malaysiennes le 08 Mars.

…….

Où se trouve le vol MH370 : quelques éléments

1. Point de départ : le vol MH370 Kuala Lumpur – Pékin change de trajectoire

Itinéraire du vol MH370 tel que déterminé par l'analyse des radars civils et militaires (26/05/2014) avant sa disparition © ATSB

Itinéraire du vol MH370 tel que déterminé par l’analyse des radars civils et militaires (26/05/2014) avant sa disparition © ATSB

 

2. Après sa disparition des écrans civils et militaires, l’incertitude commence

Positions du vol MH370 après sa disparition des écrans radars, telles que calculées par l'analyse des données satellitaires du réseau Inmarsat 3. L'appareil se trouve sur un point quelconque de ces arcs à chaque transmission de signal. Le dernier arc de cercle (00:19 UTC) est supposé indiquer les points probables du crash de l'appareil (26/05/2014) - © ATSB

Positions du vol MH370 après sa disparition des écrans radars, telles que calculées par l’analyse des données satellitaires du réseau Inmarsat 3. L’appareil se trouve sur un point quelconque de ces arcs à chaque transmission de signal. Le dernier arc de cercle (00:19 UTC) est supposé indiquer les points probables du crash de l’appareil (26/05/2014) – © ATSB

 

…….

> Plus d’informations sur la disparition du vol MH370

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire