Ryanair proteste contre la France auprès de l’UE après la perquisition de ses locaux à Marseille

Michael O'Leary, PDG de Ryanair - © Ryanair

Michael O’Leary, PDG de Ryanair – © Ryanair

 

Ryanair n’apprécie pas que ses ses locaux à l’aéroport de Marseille Provence aient été perquisitionnés : la compagnie low-cost Irlandaise se plaint officiellement devant la Commission Européennes du traitement qu’elle subirait en France.

 

Des lettres de protestation signées Ryanair ont été envoyées non seulement à Bruxelles, mais également au gouvernement Irlandais ainsi qu’à l’Ambassade de France à Dublin :

Il est inacceptable qu’une compagnie aérienne européenne qui se conforme parfaitement au droit social communautaire dans le secteur du transport aérien soit entravée de manière injuste et illégale par les magistrats et les gendarmes locaux de Marseille,

écrit la low-cost, qui ne se considère pas seulement comme un modèle de vertu sociale, mais aussi comme une victime toute désignée d’un traitement à deux vitesses par les autorités Françaises en mal de protectionnisme.

Oubliant un peu vite qu’Air France au travers de sa filiale Irlandaise CityJet a été elle-même condamnée en France pour des faits similaires à ceux qui lui sont reprochés, Ryanair poursuit :

Air France et le gouvernement français n’accepteraient pas un tel traitement dans les installations de Londres Heathrow ou d’autres aéroports européens où Air France fait effectuer des nuitées à ses avions et équipages, qui continuent à payer leurs impôts en France parce qu’ils sont employés selon des contrats français et volent sur ​​des aéronefs immatriculés en France »,

 

Les perquisitions de cette semaine ont été déclenchées dans le cadre d’une procédure judiciaire « « ouverte il y a plusieurs mois » pour des faits similaires à la première procédure qui avait valu à l’entreprise une condamnation en octobre 2013 à une amende de 200 000 euros et à près de 9 millions d’euros de dommages et intérêts. Mais l’information sur cette nouvelle procédure n’a filtré que jeudi« , selon le journal Le Monde.

Lire aussi : Les locaux de Ryanair perquisitionnés à Marseille Provence pour fraude et travail dissimulé (22/05/2014)

La nouvelle procédure judiciaire a été ouverte à la suite d’une plainte déposée par le syndicat SNPL, révèle aussi le quotidien.

Bien qu’ayant déclaré fermer sa base de Marseille Provence en 2011, la compagnie low-cost continuerait d’y stationner des appareils et des équipages durant la saison d’été.

« La même situation entraîne les mêmes effets, il n’a pas été mis à fin à l’activité qui a donné lieu à la première condamnation, qui n’est pas définitive », selon la procureur de la république interrogée par le Monde.

De son côté, Ryanair soutient que ses contrats sont conformes aux règles de l’Union Européenne sur la mobilité des travailleurs et a fait appel du jugement en première instance.

…….

> Plus sur Ryanair

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

 

Laissez un commentaire