Sao Paulo aura bien son 3ème aéroport

Le nouveau Terminal 3 de Sao Paulo Guarulhos - © biselli + katchborian arquitetos

Le nouveau Terminal 3 de Sao Paulo Guarulhos à peine inauguré (ci-dessus), le Brésil confirme qu’il dotera Sao Paulo d’un troisième aéroport à Caieiras – © biselli + katchborian arquitetos


 

Le Terminal 3 de l’aéroport de Sao Paulo Guarulhos à peine inauguré, le ministère Brésilien de l’Aviation Civile a confirmé ce 15 Mai 2014 que le gouvernement autoriserait la construction d’un troisième aéroport dans la capitale économique du Brésil.

 

La ville « a besoin d’un troisième aéroport pour soulager Congonhas et Guarulhos en raison d’une demande forte« , a indiqué Moreira Franco, qui rencontrait la municipalité de Caieiras où devrait être construite la nouvelle plateforme aéroportuaire, à 40 kilomètres au Nord du centre-ville de Sao Paulo.

Selon un premier projet, baptisé NASP (Novo Aeroporto de São Paulo), cette future installation devrait permettre de traiter jusqu’à 48 millions de passagers chaque année. En comparaison, Guarulhos, premier aéroport international du Brésil et d’Amérique Latine, en accueille environ 35 millions.

Mais des obstacles juridiques doivent être levés au préalable : la législation du pays ne permet pas la construction d’aéroports publics (destinés aux vols commerciaux) par des entreprises privées, quand bien même ils seraient exploités par des concessionnaires également privés, comme c’est notamment le cas à Brasilia, Guarulhos ou Campinas Viracopos.

D’ailleurs, la plus forte opposition au projet NASP pourrait venir des concessionnaires de Guarulhos et Campinas Viracopos (aéroport situé à 70 kilomètres au Nord de Caieiras) alors que n’a pas été évoquée la construction d’un nouvel aéroport au cours de la privatisation de ces plateformes, intervenue en 2012.

Le ministre de l’Aviation Civile a évoqué une « rupture réglementaire » qui aurait également « un impact sur ​​le fonctionnement des aérodromes existants« .

L’aéroport de Guarulhos est opéré par Invepar, qui a payé 9 milliards de dollars US pour remporter la concession, soit 4 fois plus que le minimum envisagé par le gouvernement de l’époque.

Quant à celui de Campinas Viracopos, le concessionnaire actuel, Aeroportos Brasil Viracopos, auquel participe la société Française Egis, a massivement investi pour moderniser l’aéroport. 

…….

> Plus sur l’aviation civile au Brésil

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés