Vol MH370 : deux nouveaux signaux détectés, une « piste prometteuse »

Vol MH370 : Localisation des signaux acoustiques détectés par le navire Chinois le 05 Avril et la navire Australien le 06 Avril 2014 - En mauve, la zone prévue pour les recherches sous-marines - Les deux localisations sont cohérentes avec les estimations calculées selon les données satellitaires (arcs de cercle jaunes). © JAAC

Vol MH370 : Localisation des signaux acoustiques détectés par le navire Chinois le 05 Avril et la navire Australien le 06 Avril 2014 – En mauve, la zone prévue pour les recherches sous-marines – Les deux localisations sont cohérentes avec les estimations calculées selon les données satellitaires (arcs de cercle jaunes). © JAAC

 

Les autorités Australiennes ont annoncé ce lundi 07 Avril avoir capté deux nouveaux signaux compatibles avec les boites noires du vol MH370. Selon elles, il s’agit d’une piste « des plus prometteuses ».

 

Les signaux ont été détectés par la sonde tractée depuis le navire de surface Ocean Shield.

Un premier signal a été écouté pendant 2h20 vers minuit dans la nuit de samedi à dimanche 06 Avril. Sa signature acoustique révèlerait une émission en provenance d’une source unique ou combinée, en tout cas compatible avec les signaux qu’émettraient les deux enregistreurs de vol du Boeing 777-200ER de Malaysia Airlines. La détection a été réalisée alors que la sonde était tractée à une faible profondeur depuis le navire de surface Ocean Shield.

Après avoir perdu le contact avec ce signal, le navire a poursuivi ses recherches dans la nuit.

Puis tôt dimanche matin, deux signaux acoustiques distincts ont été détectés pendant 13 minutes, cette fois-ci alors que la sonde était tractée à 3.000 mètres de profondeur.

Le chef des autorités Australiennes en charge des recherches, le général (en retraite) Angus Houston, a confirmé ce lundi matin 07 Avril que la détection de deux signaux distincts est cohérente avec les transmissions de chacune des deux boites noires.

Les aéronefs sont en effet équipés de deux enregistreurs de vol, un pour les données techniques et l’autre pour les conversations réalisées à l’intérieur du cockpit. En cas de crash, chacun de ces enregistreurs émet automatiquement un signal afin de pouvoir être localisé.

« Il s’agit d’une piste des plus prometteuses »,

A déclaré Angus Houston lors d’une conférence de presse organisée ce lundi après-midi heure de Perth en Australie.

Néanmois il faudra probablement plusieurs jours avant de confirmer que ces signaux proviennent bien des boites noires du vol MH370.

La prochaine étape consiste à localiser plus précisément ces émetteurs, une tâche que faciliterait la réception de nouveaux signaux.

Alors pourra intervenir un véhicule sous-marin automatisé, le Bluefin 21, qui tentera de localiser l’épave de l’appareil sur le fond marin pour vérifier les signaux.

La tâche s’annonce ardue en raison de la profondeur de l’océan Indien dans la zone, environ 4.500 mètres, soit la limite du rayon d’action du Bluefin 21.

« Nous sommes à la limite des capacités [opérationnelles du Bluefin 21] et ses capacité pourraient être vraiment limitées si  l’avion se trouve dans des eaux encore plus profondes. (…) Dans les profondeurs océaniques, rien ne se passe rapidement, »

a tenu à préciser le chef des opérations de recherches.

Angus Houston a également expliqué que le Bluefin 21 serait d’abord utilisé pour identifier la structure métallique de l’épave grâce à un sonar embarqué, puis qu’il retournerait ensuite sur les lieux équipé cette fois-ci d’une caméra pour cartographier la zone.

Ces étapes sont nécessaires afin de recueillir toutes les informations indispensables aux opérations de récupération des enregistreurs de vol.

Ces opérations peuvent prendre un jour comme « beaucoup plus longtemps« , selon Angus Houston.

Par ailleurs, en raison de l’imprécision des signaux acoustiques enregistrés jusqu’à présent, les deux boites noires peuvent être situées jusqu’à 1.800 mètres de distance l’une de l’autre, mais aussi dans une zone beaucoup plus réduite.

Selon la carte ci-dessus, les recherches sous-marines envisagées à ce jour couvrent une zone de 600 kilomètres de long, entre les localisations estimées à partir des signaux reçus par le Haixun 01 Chinois le 05 Avril et l’Ocean Shield Australien le 06 Avril.

Ces deux localisations sont cohérentes avec les calculs effectués à partir des données satellitaires d’Inmarsat-3. Les signaux émis automatiquement par le Boeing 777-200ER de Malaysia Airlines (pings) pendant son vol ont permis de tracer les arcs de cercle évaluant la situation probable de l’appareil au moment du dernier ping.

…….

> Voir notre dossier spécial : vol MH370

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire