Disparition du vol MH370 : un acte délibéré

Carte des Autorités Malaises avec les deux arcs évoqués par leur le Premier Ministre. Le Vol MH370 est situé à l'intérieur d'un de ces deux arcs.

Carte des Autorités Malaises avec les deux arcs évoqués par leur le Premier Ministre. Le Vol MH370 est situé à l’intérieur d’un de ces deux arcs.

Une semaine après la disparition du Boeing 777 de Malaysia Airlines, l’enquête prend un nouveau tournant : si aucune trace de l’avion n’a encore été retrouvée, il apparaît avec certitude que sa disparition relève d’un « acte délibéré ». Deux options restent possible pour sa localisation au moment de son dernier contact avec un satellite géo-stationnaire.

Le Premier Ministre Malais, Najib Razak

Le Premier Ministre Malais, Najib Razak

Le Premier Ministre de Malaisie, Najib Razak, n’a pas prononcé le mot de détournement mais il est bien sur toutes les lèvres. Assistant pour la première fois à la conférence de presse quotidienne, le chef de l’Exécutif Malais est revenu sur le déroulement des opérations depuis la disparition du vol MH370 jusqu’à l’extension de la zone de recherche à l’Océan Indien.

Ses déclarations apportent une certaine lumière sur les « cafouillages » ou les maladresses de communication de ces derniers jours.

Surtout, il détaille avec précision la manière dont l’avion a pu disparaître.

Il révèle aussi que le vol ne s’est pas poursuivi pendant 4 ou 5 heures après sa disparition comme annoncé hier, mais presque 7 heures après son dernier contact avec le contrôle aérien de Subang,. C’est à 08h11 samedi 08 Mars que le réseau satellitaire Inmersat a reçu le dernier ping identifié jusqu’à ce jour du vol MH370. En fonction des données recueillies et des calculs des enquêteurs, l’appareil était alors situé à l’intérieur d’un des deux arcs figurant sur la carte ci-dessus.

Air Info reproduit ici le texte intégral des révélations du Premier Ministre.

 » Cela fait sept jours que le vol de Malaysia Airlines MH370 disparu. Nous nous rendons compte que c’est un moment atroce pour les familles des personnes à bord. Aucun mot ne peut décrire la douleur qui est la leur. Nos pensées et nos prières sont avec eux.

J’ai été tenu informé tout au long des opérations de recherche.

Au début de l’opération, j’ai ordonné que la zone de recherche soit élargie, j’ai demandé aux autorités Malaises de partager librement toutes les informations pertinentes et en toute transparence, avec l’ensemble des équipes chargées de l’enquête, et j’ai demandé que nos amis et alliés se joignent à l’opération.

A la date d’aujourd’hui, 14 pays, 43 navires et 58 avions sont impliqués dans les recherches. Je tiens à remercier tous les gouvernements pour leur aide à un moment aussi crucial.

Depuis le premier jour, les autorités Malaises ont travaillé main dans la main avec nos partenaires internationaux – y compris les pays voisins, les autorités de l’aviation ainsi qu’une force de recherche multinationale  – dont beaucoup sont sur le terrain depuis dimanche.

Nous avons partagé en temps réel nos informations avec les autorités qui ont l’expérience nécessaire pour interpréter les données. Nous avons travaillé sans relâche pour aider l’enquête. Et nous avons mis au second plan notre sécurité nationale pour la recherche de l’avion disparu.

Tout le monde reconnaît que c’est une situation sans précédent.

Nous avons mené des opérations de recherche sur la terre, dans la mer de Chine méridionale, dans le détroit de Malacca, dans la mer d’Andaman et dans l’Océan Indien. À chaque étape, nous avons agi sur la base d’informations vérifiées, et nous avons suivi toutes les pistes crédibles.

Parfois, ces pistes n’ont mené nulle part. Il y a eu d’intenses spéculations. Nous comprenons le besoin désespéré d’informations de la part des familles et de ceux qui nous regardent à travers le monde. Mais nous avons une responsabilité envers les familles et pour l’enquête : ne donner uniquement les informations qui ont été vérifiées. Et notre motivation première a toujours été de trouver l’avion.

Dans la première phase des opérations, nous avons mené les recherches à proximité de la dernière position connue du vol MH370, dans la mer de Chine Méridionale. Dans le même temps , il a été porté à notre attention par la Royal Air Force de Malaisie, en fonction des données de leurs radars primaires, qu’un avion – dont l’identité n’était pas confirmée – a effectué un demi-tour. Les données des radars primaires ont montré une trajectoire de vol qui l’a conduit vers une zone au nord du détroit de Malacca.

Compte tenu de ces données crédibles, qui ont été ensuite corroborées par les autorités internationales compétentes, nous avons étendu la zone de recherche pour inclure le détroit de Malacca et, plus tard, la mer d’Andaman.

Tôt ce matin, au cours d’une réunion avec l’équipe chargée de l’enquête – qui comprend la FAA , le NTSB, le AAIB, les autorités Malaises et le ministre par intérim des Transports – j’ai reçu des informations qui apporte un nouvel éclairage sur ce qui s’est passé à bord du vol MH370.

Sur la base de nouvelles données provenant des satellites, nous pouvons dire avec certitude que les communications du système ACARS ont été désactivées juste avant que l’avion n’atteigne la côte Est de la péninsule Malaise.

Peu de temps après, à la limite des zones du contrôle aérien entre la Malaisie et le Vietnam, le transpondeur de l’avion a été éteint.

A partir de là, les radars primaires de la Royal Air Force de Malaisie ont montré qu’un aéronef que l’on croyait être le vol MH370 – sans pouvoir le confirmer – a effectivement fait demi-tour. Il a ensuite volé en direction de l’Ouest, au dessus de la péninsule de Malaisie avant de tourner au nord-ouest.

Jusqu’au moment où il a quitté la zone de couverture des radars primaires de l’armée, ces éléments relèvent d’une action délibérée menée par quelqu’un dans l’avion.

Aujourd’hui , sur la base des données satellitaires brutes qui ont été obtenues auprès du fournisseur du service, nous pouvons confirmer que l’aéronef porté sur les données des radars primaires était bien le vol MH370. Après beaucoup de recherches  et de concertations, la FAA, le NTSB, l’AAIB et les autorités Malaises, qui ont travaillé séparément sur ​​la base des mêmes données, le confirment.

Selon de nouvelles informations, la dernière communication entre l’avion et le satellite a eu lieu de façon confirmée à 08h11 heure de Malaisie samedi 8 Mars. L’équipe d’enquête continue à faire des calculs pour établir dans quelle mesure l’appareil a peut-être continué de voler après ce dernier contact. Cela nous aidera à affiner les recherches.

En raison du type de données satellitaires, nous ne sommes pas en mesure de confirmer l’emplacement précis de l’avion lors de son dernier contact avec le satellite.

Cependant, sur la base de ces nouvelles données, les autorités de l’aviation de Malaisie et leurs homologues internationaux ont déterminé que la dernière communication de l’avion avec le satellite a eu lieu à l’intérieur de deux arcs possibles : un arc Nord qui s’étend aux environs de la frontière du Kazakhstan et du Turkménistan vers le Nord de la Thaïlande, ou bien un arc Sud qui s’étend approximativement de l’Indonésie vers le Sud de l’océan Indien. L’équipe d’enquête s’efforce d’ affiner les informations.

Au regard de ce dernier développement, les autorités Malaises ont recentré leur enquête sur l’équipage et les passagers à bord.

Malgré les reportages des médias selon lesquels l’avion a été détourné, je tiens à être très clair : nous enquêtons sur toutes les possibilités qui ont pu causer le déroutement du vol MH370 à partir de sa trajectoire d’origine.

Ces nouvelles informations en provenance des satellites ont un impact significatif sur la nature et la portée des opérations de recherche. Nous terminons nos opérations dans la mer de Chine Méridionale et réévaluons le déploiement de nos forces. Nous travaillons avec les pays concernés et demandons toutes les informations pertinentes pour aider les recherches, y compris les données radar.

Comme les deux nouveaux arcs impliquent de nombreux pays, les ambassades étrangères concernées ont été invitées par le ministère des Affaires étrangères de Malaisie avec des experts techniques à une séance d’information sur les nouvelles informations reçues aujourd’hui. J’ai également demandé au ministère des Affaires étrangères de fournir des informations complètes aux gouvernements étrangers dont les ressortissants étaient dans l’avion.

Ce matin, Malaysia Airlines a informé les familles des passagers et de l’équipage de ces nouveaux développements.

De toute évidence, les opérations de recherche du vol MH370 sont entrées dans une nouvelle phase. Au cours des sept derniers jours, nous avons suivi toutes les pistes et examiné toutes les possibilités. Pour les familles et amis des personnes concernées, nous espérons que ces nouvelles informations nous rapproche un peu plus du moment où nous retrouverons l’avion. »

…….

> Voir notre dossier spécial : vol MH370

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire