Ce que British Airways pense de ses A380 et B787

Airbus A380 de British Airways. - © British Airways
Airbus A380 de British Airways. – © British Airways

British Airways opère les derniers-nés des deux avionneurs, Boeing et Airbus, depuis maintenant plusieurs mois. A l’occasion de la présentation des résultats annuels de la holding propriétaire de la compagnie Britannique, son PDG, Willie Walsh, a donné son sentiment sur les nouveaux appareils.

British Airways a introduit le Boeing 787-8 « Dreamliner » dans sa flotte en Juin 2013, et en exploite quatre exemplaires à ce jour. L‘Airbus A380 a rejoint sa flotte un mois plus tard, avec aussi quatre appareils actuellement en service.

Selon Willie Walsh, PDG de IAG International Group, la société holding regroupant British Airways, Iberia et Vueling, les performances des deux avions sont « en ligne, sinon légèrement supérieures, à nos attentes« .

Loin d’adresser de quelconques critiques à l’égard du 787, Jimmy Walsh a déclaré que techniquement, les deux nouveaux appareils étaient fiables.

Au surplus, l’A380 a permis une « réduction significative du coût unitaire par siège » sur les lignes où il est déployé, comparativement aux Boeing 747-400 : selon le PDG du groupe, le gain entre un A380 et un 747-400 est de 17,7% par siège, voire 18,4% uniquement pour le carburant. Avec une capacité pourtant supérieure de 61%, l’A380 (469 sièges contre 317 en moyenne pour le B747-400), ne coûte que 22% plus cher à exploiter.

La plus grande capacité de l’A380 a également permis à British Airways de libérer un certain nombre de précieux slots (créneaux de décollage et d’atterrissage) à son hub de Londres Heathrow, particulièrement congestionné. : la diminution des fréquences sans baisse des capacités globales est un sujet crucial pour British Airways. Pour assurer sa croissance, la compagnie Britannique compte sur des appareils de plus grande capacité, à défaut de ne pouvoir augmenter autant qu’elle le souhaiterait le nombre de ses vols. La première plateforme aéroportuaire d’Europe ne compte que deux pistes, contre quatre pour Paris Charles de Gaulle où le trafic aérien est pourtant 16% inférieur.

L’introduction du super Jumbo d’Airbus résulte également en une augmentation des capacités des classes « premium », les plus rémunératrices : sur la route Londres Heathrow – Los Angeles, le remplacement des trois 747 quotidiens par deux A380 a pour effet d’augmenter de 5% le nombre de sièges offerts dans les classes avant, malgré la diminution du nombre de fréquences.

En revanche, la capacité des classes « non premium » a diminué de 7%, la capacité globale de 1%, mais les coûts globaux d’exploitation de la route ont eux diminué de 19%.

British Airways s’attend à un résultat similaire sur la route de Hong-Kong, où l’A380 et un Boeing 777-300ER remplaceront deux 747-400 quotidiens.

Malgré ces excellents résultats opérationnels et financiers, IAG n’entend pas commander davantage d’Airbus A380 pour l’instant.

Outre ses quatre exemplaires en service, elle doit encore en recevoir huit autres.

Elle attend également trente-huit Boeing 787 supplémentaires (dont quatre 787-8 , vingt-deux Boeing 787-9 et douze 787-10).

…….

> Lire plus sur British Airways

> Lire plus sur l’Airbus A380

> Lire plus sur le Boeing 787

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

One thought on “Ce que British Airways pense de ses A380 et B787

  1. Pingback: Nouvel incident sur un Boeing 787 de Japan Air Lines : atterrissage d’urgence à Honolulu | Air Info

Comments are closed.