Coupe du Monde 2014 : pourquoi les passagers vont souffrir dans les aéroports Brésiliens

Aéroport de Sao Paulo Guarulhos - CC Tango21961

Aéroport de Sao Paulo Guarulhos – CC Tango21961

Lors du Coupe du Monde de football qui se déroulera du 12 Juin au 13 Juillet 2014 dans différentes villes du Brésil, l’augmentation du trafic aérien mettra à mal les infrastructures aéroportuaires du pays. Les passagers risquent d’en faire les frais. Les compagnies aériennes aussi.

Les déboires d’Air France au Brésil ne font que révéler la partie émergée de l’iceberg : le sous-équipement chronique des infrastructures aéroportuaires du pays, pourtant le plus grand marché aérien du continent Sud-Américain.

> Lire : Air France : pas d’A380 sur Sao Paulo en 2014 ? (11/02/2014)

600.000 supporteurs étrangers sont attendus pendant la Coupe du Monde. Ils s’ajouteront aux 3 millions de Brésiliens qui se déplaceront à travers le pays, grand comme 14 fois la France. Pour faire face, l’ANAC (la direction de l’aviation civile Brésilienne) a autorisé des centaines de vols internationaux et 2000 vols intérieurs supplémentaires.

> Lire : Mondial 2014 au Brésil : 1 973 vols supplémentaires autorisés (20/01/2014)

Mais cette augmentation de trafic mettra les nerfs de tout le monde à l’épreuve, y compris ceux des voyageurs : la plupart des aéroports Brésiliens opèrent déjà au delà de leur capacité maximale. La société d’Etat Infraero, qui gère les infrastructures aéroportuaires du pays, a négligé les investissements ces dernières années. Conséquence: les aéroports ne seront pas prêts pour la Coupe du Monde.

La construction du nouveau terminal de Sao Paulo Guarulhos a pris du retard. La ville accueillera pourtant le match d’ouverture et servira de point d’entrée pour nombre de lignes intérieures.

Ailleurs dans le pays, des tentes provisoires sont dressées un peu partout pour accueillir les passagers, dans des conditions plus ou moins précaires.

La livraison des bagages sera laborieuse : les compagnies aériennes n’auront pas le temps d’effectuer les essais nécessaires pour s’assurer de leur bon fonctionnement.

Aéroport de Sao Paulo Guarulhos - © GRU Airports

Aéroport de Sao Paulo Guarulhos – © GRU Airports

Le sujet est particulièrement crucial à l’aéroport de Sao Paulo Guarulhos, où les principales compagnies internationales ainsi que la majorité des transporteurs nationaux ont refusé de s’installer dans le nouveau terminal. Le système de livraison des bagages ne sera pas complètement opérationnel. Or d’après la réglementation Brésilienne, elle seront tenues responsables financièrement des éventuels retards ou pertes de bagages.

Mais rien n’indique que les voyageurs bénéficieront vraiment des règles strictes censées les protéger : au Brésil, les compagnies aériennes sont tenues d’assurer l’hébergement et la nourriture des passagers dont les vols sont annulés ou retardés au delà d’un certain nombre d’heures, y compris pour des raisons météorologiques, contrairement à ce qui se passe en Europe et aux Etats-Unis. Dans cette éventualité cependant, les transporteurs auront bien du mal à trouver des hébergements pour des centaines de voyageurs dans des hôtels de toute façon pris d’assaut pendant la Coupe du Monde.

Quatre mois avant l’ouverture de l’événement, l’association internationale des transporteurs aériens (IATA) en appelle déjà à l’indulgence des passagers.

Mais l’IATA craint également que la Coupe du Monde ne se traduise par de lourdes sanctions financières à l’encontre de ses compagnies membres : elles seront tenues pour responsables des manquements à leurs obligations même si la situation est bien indépendante de leur volonté.

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire