Air France-KLM : les efforts entrepris commencent à porter leurs fruits

 

Arrivée du vol inaugural de KLM à Santiago du Chili (777-300ER), avec Air France comme voisin  © KLM

Arrivée du vol inaugural de KLM à Santiago du Chili (777-300ER), avec Air France comme voisin © KLM

Le groupe Air France-KLM a poursuivi ses efforts de redressement en 2013 avec des résultats financiers en nette amélioration. Il peut envisager le retour à une croissance rentable dès 2014.

Air France-KLM a présenté aujourd’hui 20 Février 2014 ses résultats annuels pour l’année écoulée. Le groupe Franco-Néerlandais renoue avec les profits opérationnels tandis que son endettement diminue.

Selon le PDG du groupe, Alexandre de Juniac :

L’année 2013 a marqué une étape importante dans le redressement du Groupe. Nous avons bénéficié de la mise en place des nouvelles conditions de travail adoptées par l’ensemble de nos collaborateurs et des projets industriels lancés dans toutes nos activités. En conséquence, en dépit d’un environnement toujours dégradé, le Groupe a retrouvé une exploitation bénéficiaire, généré un niveau élevé de cash-flow libre, et réduit sa dette au-delà des objectifs initiaux.

Le Chiffre d’Affaires a progressé de 2,3% hors effet de change, à 25,52 milliards d’euros, et l’EBITDA ressort à 1855 millions d’euros, en hausse de presque un demi milliard d’euros. Surtout, le résultat d’exploitation redevient positif, à 130 millions d’euros, contre un perte l’année dernière de -336 millions d’euros

Grâce à la mobilisation de l’ensemble des personnels, le Groupe Air France-KLM est en train de réaliser une transformation profonde qui nous permettra de retrouver le chemin de la croissance rentable,dès 2014

a commenté Alexandre de Juniac, qui a cependant prévenu que l’environnement économique restait « incertain » : la volatilité des taux de change, les prix du carburant, et une reprise de la demande inégale selon les régions peuvent encore peser sur les résultats à venir. Les coûts de carburant, en baisse de 7 points, demeurent cependant le second poste des dépenses après les frais de personnel.

Engagé dans une politique de réduction drastique des coûts, le groupe a supprimé 7 500 emplois depuis 2011, dont presque la moitié en 2013. D’ici à 2015, Air France-KLM comptera 10 000 postes en moins que quatre ans en arrière.

Ces efforts commencent à porter leurs fruits : le coût unitaire au SKO passe de 7,21 à 6,98 cts d’euros, en baisse de 3,3% (-1,8% hors effet de change), tandis que la recette unitaire au SKO se dégrade légèrement à change constant (-1% à 7,04 centimes d’euros) mais progresse de 0,8% hors effet de change.

Le trafic est ressorti en hausse de 2,4% pour des capacités en hausse de 1,6%. Le coefficient d’occupation, gagnant 0,6 point à 83,8%, reste parmi les plus élevés des compagnies aériennes traditionnelles.

Le long-courrier représente 81% du trafic et 79% des capacités d’Air France-KLM.  Sur ce segment, la recette unitaire au SKO a progressé de 0,6% à change constant. Cependant, les difficultés du groupe à remplir sa classe avant restent marquées en 2013 : la progression de la recette unitaire a été tirée par la classe arrière (+1,2%) tandis qu’elle baissait pour la classe avant de 0,6%. Une situation à laquelle entend remédier le plan Best & Beyond de la compagnie Air France, avec la rénovation de la classe Affaires présentée au début du mois de Février et celle à venir en Avril 2014 de la Première classe.

En moyen-courrier, le trafic a augmenté de 1,7% malgré la réduction de 1,2% des capacités reflétant l’impact de Transform 2015. Le coefficient d’occupation a donc gagné 2,2 points à 76,8%. La recette unitaire au SKO a progressé de 2,4% à change constant.

L’activité cargo reste déficitaire et continue d’impacter négativement les comptes du groupe : le résultat d’exploitation ressort en perte à -202 millions d’euros et ce malgré une amélioration de 28 millions d’euros par rapport à l’année précédente.

En revanche, l’activité maintenance est en forte progression, grâce à « un carnet de commande dynamique », le Chiffre d’Affaires progressant de 15,1% à change constant avec un résultant d’exploitation positif à 159 millions d’Euros.

Transavia continue de monter en force : pour la filiale low-cost du groupe, le trafic est en hausse de 13,5% pour des capacités en hausse de 11,6%, dont +25,5% pour la seule Transavia France. Le taux d’occupation est en hausse de 1,5% et franchit le seuil symbolique des 90% (90,1%). La recette unitaire est restée stable (-0,2%) et le Chiffre d’Affaires ressort en hausse de 10,7%. Le résultat d’exploitation était de -23 millions d’euros (contre l’équilibre en 2012), pénalisé par la desserte de pays méditerranéens en crise et par des coûts de lancement de certaines lignes, explique le communiqué de la compagnie.

A la fin de l’année 2013, la dette nette s’élevait à 5,3 milliards d’euros, inférieure aux prévisions, et les liquidités à 4,2 milliards d’euros, auxquelles s’ajoutent des lignes de crédit disponibles de 1,8 milliards d’euros.

Le conseil d’administration a pris la décision de ne pas verser de dividende.

Alexandre de Juniac a par ailleurs démenti que le groupe Air France-KLM prévoyait une augmentation de capital: le ratio revenus sur dette et la trésorerie sont suffisants, a-t-il estimé.

Il a par ailleurs exclu que la compagnie Etihad rentre au capital du groupe cette année, et réitéré qu’il ne participait pas aux discussions entre Etihad et Alitalia.

Air France cherche cependant à approfondir sa relation avec Etihad. Le PDG du groupe a confirmé que les deux compagnies pourraient étendre leur accord de partage de codes à un partage des recettes sur un certain nombre de lignes, à l’image de la co-entreprise nouée avec Delta Air Lines sur le trafic transatlantique.

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

One thought on “Air France-KLM : les efforts entrepris commencent à porter leurs fruits

  1. Pingback: Cet été, KLM tire la croissance du groupe Air France – KLM | Air Info

Comments are closed.