Tunisair : une hirondelle fait-elle le printemps ?

Airbus A319 de Tunisair - © Airbus

Airbus A319 de Tunisair – © Airbus

Tunisair est-elle sur la bonne voie ? C’est ce que pourraient laisser penser ses résultats de Janvier 2014, mais les chiffres mensuels de la compagnie Tunisienne doivent être replacés dans une perspective plus large.

La série d’indicateurs publiée par la compagnie autorise à l’optimisme : le trafic passagers a progressé de 7,7% par rapport au même mois de l’année dernière. Rapportée à l’année 2010, la progression est encore plus impressionnante, en hausse de 25,5% (228 673 passagers en Janvier 2014 contre 196 159 en Janvier 2010).

Le coefficient de remplissage progresse lui aussi, pour s’établir à 72% le mois dernier, soit une augmentation de 3,3 points par rapport à Janvier 2013. Il n’avait jamais été aussi élevé durant un mois de Janvier sur les 5 dernières années.

Ces résultats ont été obtenus en dépit de l’activité Charter qui s’est littéralement effondrée : seulement 3.557 passagers ont été transportés sur des vols affrétés par les voyagistes en Janvier dernier. Ils étaient 21.940 en 2010.

Là s’arrêtent les chiffres donnés par la compagnie.

S’ils se veulent rassurants, ils ne font pas oublier une tendance lourde contre laquelle Tunisair semble impuissante :

La baisse brutale de l’activité Charter (-30% sur un an à la fin de 2013) n’est pas enrayée puisque janvier 2014 a marqué un nouveau recul. Tunisair ne peut plus compter sur la vente en bloc de ses sièges, et doit trouver d’autres moyens pour remplir ses vols. La compagnie notait l’année dernière une « légère diminution » (sans autre précision) de la recette unitaire par passager, semblant indiquer qu’au moins sur certains marchés, elle baissait ses prix pour favoriser la demande. Le remplissage de ses avions se fait au détriment de ses marges.

Pour autant, la baisse de la recette unitaire par passager constatée l’an dernier ne s’est pas traduite par une augmentation du coefficient de remplissage qui reculait de 2 points en 12 mois. La bonne performance de Janvier 2014 doit donc être confirmée dans le temps.

La compagnie indiquait l’an dernier qu’elle subissait les effets de la concurrence dans un contexte difficile. Si elle évidemment étrangère à la situation du pays, Tunisair bénéficie pourtant d’un marché protégé par son régulateur national.

L’accord de « Ciel Ouvert » avec l’Europe, sans cesse repoussé au prétexte de laisser le temps à Tunisair de s’adapter, n’aurait pourtant que des conséquences bénéfiques tant pour les passagers que pour la compagnie, voire le pays tout entier.

Obligée de se remettre en cause sous l’effet d’une concurrence accrue, Tunisair n’aurait d’autre choix qu’augmenter sa productivité et améliorer ses performances. Ce qu’elle semble bien longue à mettre en place dans le  contexte d’un marché régulé.

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

2 thoughts on “Tunisair : une hirondelle fait-elle le printemps ?

  1. Pingback: Syphax Airlines : Montréal en Avril, rapprochement avec Jazeera Airways | Air Info

Comments are closed.