Alitalia : les banques commencent à rechigner

© Alitalia

© Alitalia

Alitalia est parvenue à un accord avec ses banques pour la mise en place de financements complémentaires. Mais le montant final qu’elle aurait obtenu serait inférieur à ses attentes.

Dans la journée du lundi 3 Février 2014, l’administrateur délégué de la compagnie, Gabriele del Torchio, a confirmé l’imminence d’un tel accord. Essentiels à la survie d’Alitalia, ces prêts font partie du plan de sauvetage piloté par le gouvernement d’Enrico Letta, qui prévoyait une injection de liquidités d’un montant global de 500 millions d’euros, en deux volets : d’une part, une augmentation de capital de 300 millions d’euros, finalement bouclée en décembre 2013, et à laquelle Air France n’a pas participé, et d’autres part des concours bancaires d’un montant de 200 millions d’euros.

D’après Reuters, qui cite deux sources proches du dossier, le montant final qu’aurait obtenu la compagnie au bord du gouffre serait de 165 millions EUR, nettement moins donc que ce qu’elle escomptait. Cette nouvelle ne surprend pas : Malgré des négociations entamées depuis bientôt deux mois avec la compagnie Etihad d’Abu Dhabi, Alitalia n’a toujours pas de partenaire stratégique et encore moins de plan viable pour assurer sa survie, alors qu’elle continue de perdre près d’un million d’euros chaque jour – une situation qui n’est pas de nature à inspirer confiance. Comme le notait Air Info le 22 Janvier 2014 :

L’obtention de nouveaux crédits ne se fera pas sans mal cette fois-ci. Les banques demanderont davantage de garanties, et même chez Intesa Sanpaolo, nombreux sont ceux qui estiment que l’exposition au « risque Alitalia » est à son maximum.

> Lire l’article d’Air Info : Au plus mal, Alitalia cherche à rassurer [Analyse] (22/01/2013)

Selon Reuters, Intesa San Paolo et Unicredit, à la fois actionnaires et créancières d’Alitalia, auraient promis 70 millions d’euros chacune. A cela s’ajouteraient les engagements de Monte dei Paschi di Siena pour 10 millions et de Banca Popolare di Sondrio pour 15 millions.

« Alitalia a demandé 200 millions et nous sommes descendus à 165 millions, un montant suffisant pour tenir en attendant qu’Etihad prenne une décision« , selon l’une des sources de l’agence de Presse.

Dimanche 2 Février, Etihad donnait 30 jours à Alitalia pour parvenir à un accord avec elle. La somme levée suffira à la compagnie Italienne pour tenir le temps de mettre en place un partenariat avec Etihad, prête à investir jusqu’à 300 millions d’euros, mais sous conditions.

> > Lire l’article d’Air Info : Etihad : l’ultimatum lancé à Alitalia (02/02/2014)

Face aux réticences de ses propres banques à la financer, Alitalia n’a plus guère le choix.

© 2014 Air Info – Tous droits réservés.

Un commentaire sur “Alitalia : les banques commencent à rechigner

  1. Pingback: Etihad – Alitalia : pourquoi Lufthansa a raison de s’inquiéter « Air Info

Laissez un commentaire