Etihad : l’ultimatum lancé à Alitalia

Boeing 777-300ER d'Etihad et Boeing 777-200 ER d'Alitalia en vol

Boeing 777-300ER d’Etihad et Boeing 777-200 ER d’Alitalia en vol

Etihad Airways annonce aujourd’hui 2 Février 2014 être entrée dans la phase finale de ses investigations (due diligence) dans le dossier Alitalia, selon un communiqué officiel.

Alitalia est toujours à la recherche d’un partenaire stratégique pour assurer sa survie, après avoir levé 500 millions d’Euros par une augmentation de capital et la mise en place de crédits bancaires. Ces fonds semblent insuffisants sur le long terme en raison d’une structure de coûts chroniquement déficitaire : les pertes d’Alitalia sont évaluées à environ 1 millions EUR par jour.

> Lire l’article d’Air Info : Au plus mal, Alitalia cherche à rassurer [Analyse] (22/01/2014)

Le communiqué d’Etihad précise que la compagnie se donne « trente jours pour déterminer de quelle manière une stratégie commune peut être développée pour allier les objectifs des deux parties« . Le PDG d’Etihad James Hogan, a déclaré le 13 janvier dernier qu’il n’entendait pas se presser dans le dossier Alitalia. Voilà qu’il fixe maintenant un terme aux discussions.

Les deux compagnies sont entrées en négociation à la mi-décembre, et sans doute Etihad a-t-elle toutes les données en main pour évaluer l’intérêt d’une participation dans le transporteur Italien. En revanche, ses exigences n’ont toujours pas été répondues.

Force est d’ailleurs de constater que la dernière phrase du communiqué sonne davantage comme un ultimatum plutôt qu’une promesse d’un engagement : « Tout problème qui pourrait empêcher l’établissement d’un plan industriel devra être résolu afin de garantir qu’Alitalia au travers de ce plan puisse renouer durablement avec les bénéfices« . Ainsi se termine laconiquement le communiqué.

Etihad envisagerait d’investir, du moins dans un premier temps, environ 300 millions EUR dans Alitalia, mais pas à n’importe quelle condition.

> Lire l’article d’Air Info : Etihad prête à racheter Alitalia sous conditions (11/01/2014)

Les banques créancières se sont toujours refusées à restructurer la dette du transporteur Italien, raison pour laquelle Air France-KLM n’a pas participé à la dernière augmentation de capital, préférant se laissant diluer à 7% au lieu de 25% précédemment. La question de la dette reste en effet cruciale : en raison de son montant colossal (1 milliard EUR environ), Alitalia ne peut espérer retourner aux bénéfices : les intérêts versés plombent littéralement ses comptes. Le service de la dette rend insoutenable tout plan d’expansion, qui ne peut se réaliser que par des investissements considérables, notamment pour l’acquisition de nouveaux appareils. Or ces investissements nécessitent une trésorerie qu’Alitalia n’a pas, ou d’avoir recours à des emprunts complémentaires, qu’elle ne saurait assumer…

Une autre pierre d’achoppement est le sureffectif de la compagnie. Etihad souhaiterait la suppression de 1900 emplois pour permettre des économies de 130 millions EUR annuellement, mais l’administrateur délégué d’Alitalia, comme le gouvernement Letta, cherchent à éviter une confrontation directe avec les syndicats, qui ont déjà prévenu de leur détermination à ne pas se laisser faire.

Par ce communiqué, Etihad indique clairement qu’elle n’attendra pas indéfiniment. L’annonce intervient au moment où le chef du gouvernement Italien est en visite officielle à Abu Dhabi. Sans nul doute, le sujet est au coeur des discussions.

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

3 commentaires sur “Etihad : l’ultimatum lancé à Alitalia

  1. Pingback: Alitalia : les banques commencent à rechigner « Air Info

  2. Pingback: Alitalia : accord avec les syndicats sur la suppression de 1 900 postes sans licenciements secs « Air Info

  3. Pingback: Alitalia modifie ses statuts pour faciliter une reprise par Etihad | Air Info

Laissez un commentaire