A380 en Inde : l’accueil mitigé des compagnies aériennes

Un Airbus A380 d'Emirates - © H. Goussé E*M Company / Airbus

Un Airbus A380 d’Emirates – © H. Goussé E*M Company / Airbus

Si l’Inde a levé hier 27 Janvier 2014 les restrictions sur l’Airbus A380, les compagnies aériennes ont réagi avec prudence à la nouvelle : des obstacles demeurent.

> Lire notre article : L’Inde autorise l’Airbus A380 (27/01/2014)

Comme Air Info l’indiquait hier, le ministère de l’aviation civile Indien a précisé que  » les accords aériens bilatéraux qui interdisent l’exploitation de l’A380 en Inde devront être modifiés avant que l’autorisation ne soit accordée « . En clair, lorsque de telles restrictions existent, et c’est notamment le cas des accords bilatéraux entre l’Inde et la France (qui n’autorisent pas l’exploitation d’appareils d’une capacité supérieure à celle du Boeing 747-400), les compagnies devront patienter jusqu’à ce que le gouvernement de leur pays d’origine trouve un nouvel accord avec le gouvernement Indien. A l’heure actuelle, malgré la levée des restrictions, une compagnie comme Air France (AF), même si elle le désirait, ne pourrait exploiter demain son super Jumbo vers New Delhi par exemple.

Le communiqué d’hier précise aussi que  » la rationalisation des droits de trafic d’un nombre de vols autorisés par semaine à un nombre de sièges autorisés par semaine doit être effectuée au travers de négociations mutuelles aboutissant à des protocoles d’accord « . Ou encore  » Les aéroports nécessiteront de la part de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC ) une certification afin que soit assurée une préparation adéquate aux services requis. « 

En définitive, le gouvernement Indien a réalisé hier une ouverture significative mais les choses sont loin d’être réglées. Les négociations de traités bilatéraux, ou la certification des aéroports concernés, peuvent durer, surtout en Inde où notoirement tout prend du temps.

Emirates (EK), qui opère par semaine 185 vols depuis son hub de Dubai vers 10 aéroports Indiens et transporte 54 000 passagers hebdomadaires, s’est montrée prudente à l’annonce de la nouvelle :  » Nous saluons la décision des autorités de l’aviation Indiennes en vue de permettre l’opération des A380. Toute décision de déployer un A380 sur notre réseau est fonction de la demande sur un trajet particulier, ainsi que de la capacité des aéroports à gérer l’avion. (…) Nous allons évaluer nos activités existantes, et sommes impatients de proposer aux voyageurs Indiens de voler sur le fleuron de notre flotte dans un proche avenir. « 

La réaction de Lufthansa (LH) va dans le même sens : elle indique dans un communiqué qu’elle  » examinera de manière approfondie les possibilités, mais n’a pas actuellement de projets immédiats, pour des vols vers l’Inde avec ce type d’appareil. (…) L’Inde est l’un des plus importants marchés intercontinentaux de Lufthansa et le seul grand marché aérien qui ait restreint l’A380.« 

Un porte-parole de Singapore Airlines (SQ) a pour sa part déclaré aux médias Indiens que  » l‘Inde est en effet un marché où nous envisageons d’exploiter l’A380 à l’avenir. (…) À l’heure actuelle nous n’avons aucun projet  confirmé. « 

Pourtant, Emirates, Lufthansa, et Singapore Airlines ont toutes les trois démontré ces derniers mois un intérêt certain pour opérer l’A380 en Inde. Mais les conditions imposées par le gouvernement de New Delhi tempèrent leurs ardeurs.

Elles devront en effet faire un choix entre continuer leurs opérations sans A380 en maintenant les mêmes fréquences et les mêmes capacités jusqu’aux limites autorisées par les traités, ou bien opérer avec l’A380 en diminuant leurs fréquences pour respecter les limitations en capacité.

Il n’est pas dit qu’elles tranchent dans ce dernier sens : une diminution des fréquences laisse la place à la concurrence, une perspective qui ne réjouit aucune compagnie aérienne sur un marché aussi dynamique que l’Inde. L’exploitation des A380 vers ce pays ne serait pas sans risque.

Seul le constructeur de l’A380, Airbus Group, a ouvertement applaudi la nouvelle hier :  » C’est une bonne nouvelle pour les aéroports indiens et pour les voyageur indiens. L’A380 est l’avion en service le plus performant au monde  avec les plus faibles coûts d’exploitation par siège ainsi qu’avec le plus haut potentiel de chiffre d’affaires, ce qui profite aux compagnies aériennes et aux voyageurs « .

Si Airbus voulait rassurer et inciter les compagnies aériennes à exploiter l’A380 vers un marché offrant l’un des plus forts potentiels de la planète, il ne s’y prendrait pas autrement.

© 2014 Air Info – Tous droits réservés.

2 commentaires sur “A380 en Inde : l’accueil mitigé des compagnies aériennes

  1. Pingback: Lufthansa pourrait déployer l’A380 vers l’Inde dès 2014 « Air Info

  2. Pingback: Emirates : l’A380 en Inde dès cet été ? | Air Info

Laissez un commentaire