Sous la coupe d’Etihad, Air Seychelles aussi se développe

A330-200 d'Air Seychelles - © Air Seychelles

A330-200 d’Air Seychelles – © Air Seychelles

La petite compagnie Seychelloise n’en finit pas de montrer ses ambitions. Rachetée en 2012 par la la compagnie Etihad (EY) d’Abu Dhabi qui est entrée à son capital à hauteur de 40%, Air Seychelles (HM) s’est vue décernée en début d’année une quatrième étoile par Skytrax, dans un classement qui en compte cinq, à égalité avec des références mondiales comme Air France, Lufthansa ou Turkish Airlines. Cette quatrième étoile, une première pour une compagnie de l’Océan Indien, et la deuxième d’Afrique après celle de South African Airways (SA), vient couronner un retour aux bénéfices l’année dernière, après plusieurs années difficiles.

Mais c’est l’annonce de nouvelles lignes qui marque sa volonté d’expansion, derrière laquelle apparaît la stratégie d’Etihad, en passe de se constituer une alliance mondiale placée sous son contrôle financier.

Retour à Paris

Après l’ouverture de Hong-Kong en 2013, Air Seychelles a annoncé le mois dernier la reprise de ses opérations vers Paris, abandonnées en 2012. Dès Février prochain, elle desservira depuis sa base de Victoria l’aéroport d’Orly, à raison de 2 vols par semaine. Le vol effectuera une escale au hub d’Etihad à Abu Dhabi (AUH), portant ainsi à 11 le nombre de fréquences hebdomadaires entre les Seychelles et l’Emirat. Ces derniers horaires faciliteront les correspondance vers Bangkok, Ho Chi Min Ville et la Chine.

La nouvelle ligne vers Orly contrecarre les ambitions de Seychelles Airlines, une compagnie privée en cours de formation sur l’impulsion d’investisseurs locaux qui se plaignent d’une absence de liaison directe entre les Seychelles et l’Europe.

L’Océan Indien, coeur de cible

La signature le 13 Janvier 2014 d’un accord stratégique en matière de marketing avec l’organisation des « Iles Vanille« , regroupant Maurice, la Réunion, les Seychelles, Madagascar, les Comores, Mayotte et les Maldives, signale les intentions d’Air Seychelles qui se verrait bien devenir une plaque tournante dans la desserte de l’Océan Indien. Au terme de cet accord,  » les signataires vont investir dans une gamme de programmes et de produits pour attirer les visiteurs d’Afrique, d’Asie, d’Europe et du Moyen-Orient vers la région. Via le partenariat, Air Seychelles et les messages de marketing des Iles Vanille seront maximisés et les deux nouveaux partenaires bénéficieront d’une présence accrue sur les supports de marketing des uns et des autres « , selon Madagascar Matin.

Avec l’aide d’Etihad qui planifie depuis les Emirats les commandes d’appareils pour ses filiales, l’acquisition d’un Airbus A319 récemment annoncée répond à cette stratégie de développement : Air Seychelles ajoutera dès cette année Antananarivo (TNR) et l’île de la Réunion (RUN) à son réseau qui ne cesse de s’étoffer. A la Réunion justement, Air Austral (UU) vient d’annoncer de son côté la reprise des vols vers les Seychelles. Les deux îles seront désormais reliées entre elle 4 fois par semaine, alors que la ligne avait été interrompue l’année dernière par Air Austral, arguant d’un « manque de rentabilité « . Mais aussi bien chez Air Austral que chez Air Seychelles, on se défend de toute concurrence : un accord de partage de code serait en cours. Les ambitions d’Air Seychelles, et les moyens de son prestigieux actionnaire, pourraient néanmoins faire de l’ombre aux autres compagnies de l’Océan Indien.

Le Réseau d'Air Seychelles en 2013 © Air Seychelles

Le Réseau d’Air Seychelles en 2013 © Air Seychelles

Une politique de partenariats dans l’ombre d’Etihad

Avec ses moyens limités mais pouvant compter sur le soutien de son actionnaire, Air Seychelles ne se contente pas d’ouvrir de nouvelles destinations avec ses propres appareils. Elle a passé dans la seule année 2013 un nombre d’accords de partages de codes étonnant pour une compagnie qui ne dispose que de 5 appareils dont 2 seulement longs-courriers (des Airbus A330-200) :

  • En Février, avec Air Berlin (AB) pour l’Allemagne. Air Berlin est détenue par Etihad à hauteur de 29,2%
  • En Avril, avec Etihad pour la desserte de Dublin, siège d’Aer Lingus (EI) dont Etihad détient aussi une participation
  • Toujours en Avril, avec South African Airways – l’accord a été qualifié d’historique
  • En Juin, avec Etihad de nouveau pour la desserte de l’Australie
  • En Juin encore, avec Czech Airlines (OK)
  • En Juillet, avec Etihad pour la desserte du Koweit
  • En août, c’est l’accord avec Air Berlin, vieux de quelques mois à peine, qui a été renforcé
  • En Novembre, c’est celui avec South African Airways qui a été étendu
  • En Novembre encore, avec Etihad de nouveau pour la desserte du Vietnam
  • En Novembre toujours, avec Cathay Pacific (CX) basée à Hong Kong.

Ces accords de partage de code permettent à Air Seychelles d’étendre son réseau à moindre frais et de multiplier les destinations possibles sous sa marque depuis l’Océan Indien.

Par bien des aspects, la stratégie d’Air Seychelles rappelle celle suivie en Europe par Darwin Airlines, rebaptisée Etihad Regional : toutes deux entendent mailler au plus près leur territoire pour interconnecter leur réseau à celui d’Etihad et de ses affiliés vers le monde entier. La plus petite des trois principales compagnies du Golfe tisse sa toile patiemment mais sûrement, et Air Seychelles y contribue activement.


Articles connexes :

  1. Etihad Regional (ex-Darwin Airline) va doubler ses vols en 6 mois
  2. Etihad veut investir en Chine et aux Amériques

© 2014 AirInfo.org – Tous droits réservés

Un commentaire sur “Sous la coupe d’Etihad, Air Seychelles aussi se développe

  1. Pingback: Air Austral reprend ses vols vers les Seychelles « Air Info

Laissez un commentaire